Inutile de « se doper » pour passer le bac, rappelle la Mildéca

logo AFP

Il est « inutile » de prendre des médicaments pour la mémoire ou la concentration afin de passer les épreuves du baccalauréat, souligne mercredi la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, qui rappelle que l’efficacité de ces produits n’est pas démontrée.

Les épreuves du baccalauréat ont débuté mercredi matin, et « le stress des lycéens est à son comble et peut favoriser le développement de conduites dopantes aux conséquences souvent sous-estimées par les familles », note la Mildéca dans un communiqué.

« La conduite dopante consiste en la consommation de produits pour surmonter une épreuve physique ou intellectuelle. Elle fait partie des pratiques à risque d’intoxication et/ou d’addiction », rappelle-t-elle.

« Il est parfaitement inutile de recourir à un médicament pour améliorer la concentration ou la mémoire, aucune étude scientifique ne permettant d’en démontrer l’efficacité », insiste la présidente de la Mildéca, Danièle Jourdain Menninger, qui appelle les parents à la vigilance.

La Mildéca conseille aux parents d’être attentifs à la consommation de caféine de leurs enfants « sous toutes ses formes » et « recommande une vigilance particulière relative à toute consommation inhabituelle de médicaments de l’armoire familiale ».

Selon elle, « une bonne hygiène de vie, c’est-à-dire des repas équilibrés et le respect du cycle de sommeil, ainsi que l’absence de pression parentale permettront mieux que tout médicament, au candidat, de passer ses épreuves en toute sérénité ». Seuls « quelques produits à base de plantes calmantes » peuvent être utilisés dans les cas exceptionnels d’hyperanxiété, notamment pour les épreuves orales.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous