Baromètre Voltaire : « les Français ont un profond respect pour l’orthographe »

Le premier Baromètre Voltaire sur les Français et l'orthographe vient d'être publié. Pascal Hostachy, co-fondateur du projet Voltaire - qui permet de passer le certificat officiel en orthographe- nous en dit plus.

Projet Voltaire

Projet Voltaire

Qu’est-ce que le Baromètre Voltaire, et auprès de qui et de combien de personnes a-t-il été réalisé ?

Le Projet Voltaire, logiciel d’entraînement à l’orthographe, compte 2 millions d’utilisateurs. Nous avons la plus grosse base de données du monde sur les Français et l’orthographe. Nous avons décidé de faire parler cette base en proposant le Baromètre Voltaire. Il y a 5 parties dans cette étude. Le nombre de personnes concernées varie selon les parties. Par exemple, pour répondre à la question « En cinq ans, les Français ont-ils amélioré leur orthographe ? Ou leur niveau a-t-il baissé ? » nous avons établi une moyenne du pourcentage de règles maîtrisées initialement par les utilisateurs du Projet Voltaire, sachant qu’en 2010, le nombre de personnes s’étant entraînées sur les 84 règles de référence était de 4691 ; en 2015, il est de 84 302. Autre exemple, pour le score moyen au Certificat Voltaire – certificat officiel attestant du niveau en orthographe- en fonction de la région, la population étudiée est de 28 000 personnes.

Le niveau des Français en orthographe est-il en baisse, en particulier celui des plus jeunes ?

Entre 2010 et 2015, le niveau de maîtrise a perdu 6 points. En 2010, les Français maîtrisaient 51 % du référentiel de 84 règles que nous avons établi; en 2015, ils ne maîtrisent plus que 45 % de ce référentiel.

L’étude montre que plus on est jeune, plus le niveau est bas. Ce qui est rassurant, c’est que l’on constate aussi que le niveau ne fait que progresser avec l’âge. Se cacher derrière « je suis nul en orthographe » n’a pas vraiment de sens. Progresser est relativement simple. Il suffit de se lancer. Quelques heures suffisent pour changer de braquet.

Les Français accordent-ils de l’importance à l’orthographe ?

Les sondages montrent que les Français trouvent leur langue difficile, mais qu’ils ne souhaitent pas qu’elle soit simplifiée. Étrange paradoxe… Ceci dénote un attachement très fort pour notre langue, un profond respect. Bien sûr, les textes que l’on voit circuler sur les réseaux sociaux laissent parfois penser que ce respect est mis à mal, mais il n’en est rien. Les personnes qui pensent réellement que l’orthographe ne sert à rien sont ultra minoritaires. D’ailleurs, on retrouve cette préoccupation omniprésente chez les recruteurs (plus de 80 % sont sensibles au niveau d’orthographe des candidats).

Quelles sont les règles d’orthographe les moins maîtrisées par les Français ?

Les règles les moins bien maîtrisées sont les règles de grammaire. Contrairement à l’orthographe lexicale qui fait souvent appel à la mémoire visuelle (photographie du mot), la grammaire nécessite de mobiliser des compétences et de faire preuve de vigilance (se relire).

La bête noire des Français est l’accord du participe passé. Sur le référentiel de 84 règles, il en monopolise 5 à lui seul. La bonne nouvelle, c’est que passer une heure sur le sujet, ce n’est pas perdre son temps. S’attaquer au participe passé, c’est supprimer de ses écrits bon nombre des erreurs qui piquent les yeux.

Cette année, des fautes d’orthographe étaient présentes dans la convocation au brevet des collèges et également dans la convocation au bac de l’académie de Besançon. En tant que fondateur du Projet Voltaire, quelle est votre réaction ?

L’erreur est humaine. Il m’arrive d’en commettre. On écrit beaucoup, on écrit vite. On s’expose énormément. Nous n’avons jamais autant écrit qu’aujourd’hui. Il y a donc des fautes de frappe, des coquilles. C’est probablement le cas dans le premier exemple cité. En revanche, dans le second, il s’agit d’une faute répétée, donc très probablement d’un problème de maîtrise. Là, c’est un problème. L’important, c’est de prendre conscience de la gravité d’une telle bévue pour l’image de l’Institution et de tout mettre en œuvre pour éviter que cela ne se reproduise. Encore une fois, l’erreur est humaine, il faut s’engager dans un processus d’amélioration. Je pense que beaucoup de médias, d’entreprises et de services publics sont en train de se rendre compte de l’utilité des correcteurs professionnels. Je ne parle pas de logiciels mais d’êtres humains. C’est cher ? Non, et tellement moins cher que les conséquences de ne pas le faire. Victor Hugo disait : « vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… »

Aujourd’hui, combien de personnes s’entraînent en orthographe avec les exercices du Projet Voltaire et combien de personnes passent le certificat ?

Le Projet Voltaire compte 2 millions d’utilisateurs, dont 800 établissements d’enseignement et 400 entreprises. Plus de 500 millions d’exercices ont été proposés. Aujourd’hui, 50 000 personnes ont passé le Certificat Voltaire. La reconnaissance de ce certificat par les entreprises est grande.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous