Le Snuipp-FSU veut lancer une « charte nationale pour l’école rurale »

Le SNUipp-FSU note des inégalités entre les écoles rurales. Il propose de lancer une charte pour un "réseau scolaire rural de qualité et de proximité".

© Petro Feketa - Fotolia.com

© Petro Feketa – Fotolia.com

Après un colloque intitulé « L’école rurale, enjeu d’égalité et de réussite de tous », organisé à Blois le 11 juin, le SNUipp-FSU propose aux « partenaires éducatifs » (syndicats, associations de parents, d’élus, d’éducation populaire) de lancer une « charte nationale pour l’école rurale de proximité et de qualité ».

Dans un communiqué, le Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles et Pegc note « qu’à l’image des espaces ruraux divers et en mutation, l’école rurale présente de multiples visages en terme d’organisation scolaire et de fonctionnement pédagogique ».

« Rompre les isolements géographiques et culturels »

Ainsi, « si le nombre de classes uniques tend à se réduire depuis plusieurs années, on retrouve d’autres organisations avec des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI) concentrés sur une commune ou dispersés sur plusieurs villages, avec des cours simples (un seul niveau), des cours multiples (à 2 voire 3 niveaux), organisés parfois en cycles ( CE2, CM1, CM2) ».

© Chlorophylle - Fotolia.com

© Chlorophylle – Fotolia.com

Selon le SNUipp-FSU, s’il « y a bien plusieurs écoles rurales, l’enjeu reste le même : garantir la réussite de tous et rompre les isolements géographiques et culturels ». Le syndicat, qui a publié une enquête sur l’école rurale, indique que des inégalités apparaissent entre les établissements, « au niveau des équipements, des conditions de fonctionnement, direction d’école avec ou sans bureau et aide administrative, ou même de l’accès aux lieux culturels et artistiques ».

« Un maillage scolaire adapté aux territoires »

Concernant la réforme des rythmes scolaires, l’organisation note que « les inégalités ont la vie dure et sont sources d’insatisfactions, comme le manque de locaux, les contraintes de transport et la fatigue des enfants. » En outre, selon l’enquête du SNUipp-FSU, « les budgets alloués par les mairies à l’école sont très variables ». Ainsi, 5% des communes rurales consacrent entre 15 et 30 euros par an et par enfant, et 10 % y consacrent « plus de 75 euros ».

Le syndicat prône le développement d’un « réseau scolaire rural de qualité et de proximité ». Et de noter « qu’à catégorie sociale équivalente, les élèves du rural obtiennent des résultats scolaires équivalents voire même un peu meilleurs que ceux du milieu urbain », en raison de ses « atouts », comme la taille des classes, le climat scolaire, ou le « lien de proximité avec les parents ».

Dans son communiqué, le SNUipp-FSU remarque en outre qu’il « serait vain de vouloir calquer un modèle supposé unique de l’école urbaine, la grosse école de centre-ville, pour imposer des regroupements ou des fusions d’écoles qui n’ont parfois que l’objectif d’économiser des postes. »

La charte nationale de l’école rurale proposée par le syndicat a pour objectif « le développement d’un maillage scolaire adapté aux territoires ». Selon le SNUipp-FSU, « le défi est de développer des réseaux et de maintenir des écoles avec leurs spécificités organisationnelles et pédagogiques propres ». En parallèle, « cette charte définirait les équipements minimaux dont doivent disposer les écoles ».

La charte prévoirait aussi « la mise en place d’un fonds de péréquation pour les communes les plus pauvres ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous