Conservatoires: le ministère de la Culture confirme la reprise de l’aide d’Etat

logo AFP

Le ministère de la Culture a confirmé aux syndicats l’engagement de la ministre Fleur Pellerin de revenir sur la suppression de la subvention de l’État aux conservatoires de musique, théâtre et danse, où une journée d’action était organisée mercredi.

« Ce rétablissement devrait être progressif sur trois ans et devrait être inscrit dans la prochaine loi de finances 2016 », a indiqué le syndicat national des enseignants et artistes SNEA-Unsa après avoir été reçu au ministère vendredi dernier.

Mercredi matin, une délégation intersyndicale Snam CGT et FO a envahi la Direction générale de la création artistique, dépendant du ministère de la Culture pour exiger des engagements fermes.

Dans un texte remis aux syndicats, le ministère a « rappelé l’engagement de la Ministre sur ce sujet ». « Ce réengagement doit être l’occasion d’aider les collectivités territoriales, dans un dialogue renouvelé, à poursuivre et à amplifier l’ouverture des conservatoires aux jeunes de tous horizons », indique le ministère.

Fleur Pellerin avait indiqué le 20 mai dernier qu’elle n’était « pas à l’aise » avec la décision de supprimer l’apport de l’État aux conservatoires à rayonnement départemental et régional. Ce financement, qui pèse en moyenne 8% du budget des conservatoires locaux (soit 20 à 25 millions de subvention totale du ministère), avait été supprimé sur trois ans dans le cadre des économies exigées du ministère en 2012.

Le Premier ministre Manuel Valls s’est depuis engagé à maintenir, voire à augmenter à partir de 2016 le budget du ministère de la Culture. Le rétablissement de la subvention d’État aux conservatoires se fera « progressivement » à partir de 2016 dans le cadre des projets des établissements, indique-t-on au ministère.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous