Les mères peu instruites ont plus de risque d’avoir des bébés petits

logo AFP

Les femmes sans diplôme ou de milieux défavorisés ont plus souvent que les autres des bébés de petit poids à la naissance, lui-même associé à un risque de mauvaise santé dans l’enfance, voire à l’âge adulte, selon une étude de l’Ined publiée mercredi.

« Les inégalités de santé existent en France dès les premiers instants de la vie », souligne cette étude de l’Institut national d’études démographiques (Ined), s’appuyant sur l’enquête Elfe, qui suit une cohorte de 18.000 enfants nés en France en 2011.

Lidia Panico et Olivier Thévenon de l’Ined, et Maxime Tô, de l’University College de Londres, ont examiné les liens entre les caractéristiques socio-économiques des familles et l’état de santé des nouveau-nés.

Résultat de leurs travaux: moins une femme est diplômée, plus elle présente de risque de donner naissance à un enfant de petit poids (moins de 2,5 kg). Le risque est 50% plus élevé pour les femmes sans aucun diplôme par rapport à celles ayant le bac.

Pour les mères au-delà de bac + 2, le risque est en revanche 25% moindre que pour celles n’ayant que le bac.

Les différences selon le niveau d’instruction se réduisent un peu lorsqu’on prend en compte le revenu du ménage, ainsi que des facteurs comme le rang de naissance, l’âge de la mère et la taille des parents. Mais elles ne disparaissent pas. Et les familles cumulent souvent les désavantages.

Ainsi, les enfants des mères de moins de 28 ans sont plus fréquemment de petit poids à la naissance que ceux de mères entre 31 et 34 ans. Or les naissances à des âges précoces peuvent indiquer un milieu défavorisé.

Il semble qu’en France, au moins pour le suivi de la grossesse, les différents groupes socio-économiques ont tous accès aux services du système de santé. En revanche, la fréquence de la consommation de tabac et d’alcool des femmes enceintes varie selon le niveau d’instruction, ce qui peut jouer sur la fréquence du petit poids de naissance.

Les variations socio-économiques de risque de petit poids sont comparables en France et au Royaume-Uni. Mais, outre-Manche, les écarts sont importants entre les enfants des femmes ayant un diplôme équivalent au bac et celles ayant un diplôme supérieur. En France, c’est entre les femmes les moins diplômées et les bachelières que les écarts sont élevés.

Encore une fois, la consommation de tabac pendant la grossesse en est peut-être l’une des raisons: elle est plus fréquente en France qu’au Royaume-Uni, en particulier parmi les moins diplômées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous