Comment gérer et valoriser les élèves agités ?

Comment faire face à des élèves agités ? Benoît Planchenault, professeur des écoles remplaçant dans la Sarthe, livre ses conseils de terrain dans une étude.

Benoît Planchenault

Benoît Planchenault

La posture de l’enseignant influe-t-elle, selon vous, sur le comportement de l’élève ?

Comme dans chaque groupe, il y a toujours des élèves qui bougent plus que d’autres. Sont-ils pour autant agités ? Je n’en suis pas certain, c’est une vision subjective et parfois trompeuse. Il suffit de mettre ces mêmes élèves agités avec d’autres encore plus remuants, ou de les observer lors d’une activité sportive par exemple, pour réaliser que notre regard n’est plus le même. En tant qu’enseignant remplaçant, je me méfie de l’ effet Pygmalion . Je suis habitué à voir régulièrement de nouveaux élèves et je m’efforce d’apporter un regard vierge sur chaque enfant. J’essaie toujours de me demander s’il est tout le temps agité, ou juste occasionnellement, et comment faire pour que ça change.

Comment distinguer un élève « mal élevé » d’un élève précoce qui s’ennuierait en classe ?

Ce n’est pas simple. Il existe quasiment autant de profils que d’élèves. Il peut y avoir des enfants en difficultés scolaires qui vont ne rien dire et s’évertuer à ne pas faire de vague pour qu’on les laisse tranquilles. A l’inverse, d’autres vont tirer le signal d’alarme en se faisant remarquer. C’est à l’enseignant d’être vigilant et de faire la différence, en adaptant les apprentissages.

Vous dites avoir été vous-même un enfant agité. En avez-vous souffert à l’école ?

Non, pas du tout. J’ai été un enfant agité mais jamais un élève perturbateur. A la maison, je sautais et je courais partout. Mes parents devaient parfois m’attacher sur une chaise haute pour assurer ma sécurité lors des repas ou anticiper sur mes prochaines bêtises, le temps de réparer les précédentes. Inversement, en classe, j’ai toujours été relativement sage. Une des raisons, sans doute, c’est que mes enseignants ont su poser d’emblée un cadre et il était valorisant de le respecter.

Comment « gérer » les élèves trop remuants en classe ?

La chose à ne surtout pas faire, c’est de pointer du doigt le mauvais comportement d’un élève devant les autres. Il faut l’aider à se construire en tant qu’individu en l’amenant à améliorer son comportement. Au lieu de dire « toi, tu fais n’importe quoi ! », il est plus pertinent de valoriser une attitude exemplaire dans la classe. En maternelle par exemple, lorsqu’on est tous assis en cercle, plutôt que de dire à un élève de se taire et d’attendre son tour, mieux vaut lui dire « allez, on va essayer d’être tous prêts et sages comme untel ».

On peut aussi mettre en place un mini contrat moral avec l’élève agité : il s’agit de lui indiquer ce qu’on attend de lui et de lui faire comprendre qu’il est tout à fait capable d’être le prochain élève à être mis en avant pour son comportement exemplaire. Le contrôle de soi est un apprentissage qui nécessite de la détermination de la part du maître comme de l’élève. Il n’y a pas de solution miracle qui fonctionne à tous les coups. Malgré tout, il faut s’efforcer de prendre du recul par rapport à sa pratique et essayer de valoriser les moments où un élève agité est plus calme.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous