Réforme du collège: le Snalc ne se joint pas à la grève du 11 juin

logo AFP

Le syndicat d’enseignants Snalc, minoritaire, annonce vendredi qu’il ne se joindra pas à la grève contre la réforme du collège organisée le 11 juin par les autres membres de l’intersyndicale, mais veut toujours bloquer le brevet.

Le Snalc « a pris acte du fait que la majorité des collègues ne désiraient pas faire grève le 11 juin », indique-t-il dans un communiqué. « En revanche, ils sont mobilisés pour participer à l’action initiée par le Snalc visant à bloquer » le diplôme national du brevet (DNB) et « se disent prêts à participer à une grande manifestation publique un dimanche, à laquelle le Snalc s’associerait ».

Ce syndicat qui a recueilli 5,5% des voix aux élections professionnelles est le seul à proposer de boycotter le brevet. Il a d’abord déposé un préavis pour les 25 et 26 juin, dates des écrits, puis l’a élargi aux dates de correction de l’examen, les 29 et 30 juin.

L’intersyndicale Snes-FSU, Snep-FSU (enseignement professionnel), FO, CGT et Sud, demande elle l’abrogation des textes sur la réforme du collège. Elle avait dans un premier temps appelé à mettre en débat le principe d’une grève lors d’une journée des collèges jeudi 4 juin, puis a annoncé avant même la tenue de ce débat une grève pour le 11 juin. La Société des agrégés a également appelé à participer à la mobilisation du 11 juin.

Une première grève contre la réforme du collège a eu lieu le 19 mai, à l’appel d’organisations qui ont recueilli 80% des voix aux élections syndicales dans l’éducation en décembre.

Elle avait été suivie par 27,61% des enseignants des collèges publics selon le ministère, le double selon le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire. Le gouvernement a publié dès le lendemain au Journal officiel les textes qui concrétisent cette réforme prévue pour la rentrée 2016, une décision qualifiée de « passage en force » par ses opposants.

Des enseignants contestent la suppression des options latin-grec, remplacées par un enseignement pratique interdisciplinaire, et celle de la plupart des classes bilangues (deux langues dès la sixième) qui inquiète les professeurs d’allemand. A la place, la réforme propose deux langues étrangères pour tous en cinquième.

Autres sujets d’inquiétude: le pouvoir des chefs d’établissement dans le cadre de l’autonomie accrue accordée aux établissements et un grignotage des horaires des matières classiques à causes de l’interdisciplinarité (croisement de disciplines dans un même cours).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous