Echanges scolaires franco-chinois sur les pas d’Hugo et de Lu Xun

logo AFP

Des échanges vont être développés entre des établissements scolaires français de Seine-Maritime et chinois de la ville de Shaoxing, notamment autour des oeuvres des écrivains Victor Hugo et Lu Xun, a-t-on annoncé lundi au conseil départemental à Rouen.

Un accord signé entre le président du conseil départemental Pascal Martin et celui de la Fondation Lu Xun Zhou Ling Fei, petit-fils de l’écrivain chinois, va favoriser les échanges entre sept collèges seino-marins où est enseigné le chinois et dix-huit établissements de Shaoxing, ville natale de Lu Xun.

Les échanges s’effectueront principalement par internet mais les établissements pourront organiser des voyages dans les deux pays.

L’enseignement du chinois est en forte progression en Seine-Maritime, où un millier d’élèves l’étudient, selon le rectorat de Rouen.

« Tant Hugo que Lu Xun étaient profondément convaincus de l’importance capitale de l’éducation comme moyen d’émancipation et d’épanouissement de l’être humain », a déclaré M. Martin à l’occasion de la signature de l’accord.

L’auteur des « Misérables » et de « Notre-Dame de Paris » (1802-1885) était un admirateur de la Chine et fustigea notamment le sac et l’incendie du Palais d’été de Pékin par les troupes françaises et anglaises en 1860. Il est l’écrivain français le plus connu en Chine.

Lu Xun (1881-1936), considéré comme l’un des fondateurs de la littérature moderne chinoise, était un grand admirateur de Hugo, dont il a introduit les oeuvres en Chine ainsi que des grands noms de la littérature et de l’art français, selon la fondation.

En fin de journée, un buste en bronze de Lu Xun d’un artiste chinois devait être dévoilé au musée Victor Hugo de Villequier, en présence de descendants de l’écrivain français.

Ce petit musée départemental est l’ancienne maison des Vacquerie, une famille amie de l’écrivain et à laquelle appartenait Charles, mari de Léopoldine Hugo, tous deux noyés dans la Seine en 1843 après l’accident de leur canot. La fille et le gendre de l’écrivain reposent au cimetière de Villequier, ainsi qu’Adèle Hugo, fille de l’écrivain et sa mère Adèle Foucher.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous