Le montant de la bourse au mérite divisé par deux à partir de 2015

logo AFP

Les futurs bénéficiaires de la bourse au mérite, attribuée aux élèves qui obtiendront la mention « très bien » au bac, ne toucheront plus que 900 euros contre 1.800 euros auparavant, selon un décret paru au Journal officiel jeudi.

Cette aide versée en neuf mensualités est attribuée aux bacheliers boursiers qui obtiennent la mention « très bien » à la session du baccalauréat français, et aux étudiants de licence.

Les étudiants boursiers déjà bénéficiaires de cette aide en 2014-2015 toucheront 1.800 euros, mais ceux qui passent leur bac en 2015 ne toucheront plus que 900 euros, précise le décret.

Un temps suspendue, la bourse au mérite a été rétablie pour les bacheliers et étudiants en vertu d’une circulaire du ministère de l’Education nationale publiée fin février.

Le gouvernement avait effectivement annoncé la fin de cette bourse au mérite en 2013 dans le cadre d’un redéploiement des aides étudiantes. Lorsqu’en juillet 2014, une circulaire du ministère avait programmé la suppression progressive de ces bourses dans le cadre d’un redéploiement des aides étudiantes, l’association « Touche pas à ma bourse, je la mérite » avait déposé une requête en référé.

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, estimait alors que ce dispositif était « moins efficace » pour « la réussite du plus grand nombre » qu’une augmentation du nombre des boursiers sur critères sociaux.

Mais le Conseil d’Etat avait suspendu provisoirement cette circulaire en octobre, jugeant qu’il y avait un « doute sérieux sur la légalité » de cette disposition, et en février une autre circulaire avait rétabli la bourse au mérite.

Environ 7.000 nouveaux bacheliers sont concernés chaque année par cette bourse, renouvelable pendant deux ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous