Réouverture de 19 écoles sur 20 vandalisées dans deux communes guadeloupéennes

logo AFP

Dix-neuf établissements scolaires sur 20 ont rouvert leurs portes jeudi et vendredi au Gosier et à Capesterre Belle-Eau, en Guadeloupe, après plusieurs jours de fermeture, suite à des actes de vandalisme, sur fond de mouvements sociaux, a-t-on appris auprès des mairies.

Seize établissements sur 17 ont rouvert au Gosier jeudi et vendredi. Une dernière école rouvrira mardi. Trois écoles ont rouvert vendredi à Capesterre Belle-Eau.

Les établissements scolaires ont subi des dégradations, dans la nuit de dimanche à lundi et ont été fermés.

A Capesterre Belle-Eau, « une vingtaine de serrures ont dû être changées » elles étaient condamnées « avec de la super glue et du sable », raconte le 1er adjoint au maire, Jean-Yves Ramassamy.

« De l’huile de vidange a été versée à l’extérieur de toutes les écoles et à l’intérieur de certaines, comme l’école de Grande Ravine, où les jouets, le matériel pédagogique, le réfectoire ou encore le dortoir ont été souillés », a expliqué à l’AFP, Jean-Pierre Dupont, le maire de Gozier qui a porté plainte.

Le maire soupçonne des grévistes. Un mouvement social a démarré le 13 mai, dans les écoles de ces deux localités, en raison d’une nouvelle affectation pour deux agents communaux. Des accords ont été signés, jeudi et vendredi, avec les syndicats grévistes mettant fin au conflit.

« C’est un acte perpétré par le syndicat qui était en grève, c’est-à-dire la CFTC. Sinon ce serait une coïncidence extraordinaire », affirme Jean-Pierre Dupont.

« Ce n’est pas la méthode de la CFTC et nous condamnons ce genre de pratique. Certaines personnes profitent peut-être de la situation pour régler leurs comptes », a répondu Franck Fifi, membre de la CFTC.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous