Réforme du collège : que deviendront les professeurs d’italien ?

Le décret sur la réforme du collège vient d'être publié. Josette Juanico, professeur d'italien et présidente de l’Association des Professeurs d'Italien d'Aix Marseille (APIAM), fait part de son inquiétude.

Josette Juanico

Josette Juanico

Que vous inspire la réforme du collège dont le décret vient de paraître au Journal Officiel ?

Nous sommes inquiets. Il est désolant de constater que tout ce que nous avons construit, pour cultiver la diversité de toutes les langues et instaurer la liaison école-collège puis collège-lycée, va s’écrouler comme un château de cartes. Nous craignons qu’une trop grande liberté soit donnée aux responsables d’établissements scolaires qui vont pouvoir décider du nombre d’heures à attribuer à telle ou telle discipline. Beaucoup vont jouer la carte du tout anglais/espagnol, au détriment des autres langues. Les communiqués du Ministère de l’Education Nationale en faveur de l’allemand  et son rectificatif  peu satisfaisant concernant les langues anciennes, nous ont conduit à mener combat commun pour toutes les langues. Laurence Astier, présidente de la FNAI  (Fédération Nationale des Associations d’Italianistes de l’enseignement secondaire) a été reçue ce 11 mai pour défendre notre point de vue. Nous voudrions que le nombre d’heures réservées aux secondes langues soit maintenu, pour permettre aux élèves en difficulté de rattraper leur retard. Quand on regarde les nouveaux programmes, on s’aperçoit qu’on supprime 30 minutes d’enseignement hebdomadaire de LV2 (2h30 de la 5e à la 3e, contre 3h actuellement en 4e et 3e). Ces 3h de cours par semaine permettent aux élèves une exposition à la langue plus régulière et mieux répartie dans leur emploi du temps.

La réforme prévoit de « supprimer » les classes bilangues, qui concernent 16% des collégiens, et d’introduire une seconde langue pour tous dès la 5e et non plus à partir de la 4e. Quel est le problème ?

Nous nous battons pour le maintien des classes bilangues qui, après un fléchage dès l’école élémentaire, amenaient des élèves à devenir quasiment bilingues à la sortie du lycée. Elles sont jugées « élitistes » par la ministre, ce qui est faux : nous avons toujours accepté les élèves motivés et les avons accompagnés dans leur progression, quel que soit leur niveau de départ ou leur origine sociale ! Et notre récompense est leur implication et leur envie de poursuivre. On ferme une porte à ces élèves qui perdent leurs repères à l’annonce de cette suppression.

Comment se porte l’enseignement de l’italien en France ?

2700 professeurs enseignent l’italien dans le second degré. Dans le Sud-Est, du fait de notre proximité avec l’Italie, l’italien est, fort heureusement, encore choisi par les élèves mais l’espagnol et l’anglais gagnent du terrain. Des sections d’italien ont été fermées et pourtant l’italien est la 4e langue enseignée en France. Résultat : de nombreux professeurs d’italiens exercent sur au moins deux établissements, parfois même trois ou quatre. Notre crainte est donc de devenir des VRP ! Quel sera le sort réservé aux lauréats des concours à leur prise de fonction si les effectifs s’effritent ? Pour qu’une langue reste vivante, il faut des échanges et donc suffisamment d’élèves par classe pour organiser des activités scolaires et extra6scolaires, et des débats qui leur permettent d’interagir et de développer de réelles compétences langagières.

1 commentaire sur "Réforme du collège : que deviendront les professeurs d’italien ?"

  1. Noirot Palmira  24 juin 2015 à 15 h 15 min

    J’espère que Madame la Ministre nous écoutera!
    les classes bilingues apportent beaucoup à des élèves en difficultés dans d’autres matières.
    et peuvent être un moteur pour les aider à mieux avancer et garder confiance dans l’école..
    Les classes bilingues ne sont pas élitistes.. c’est une idées répandue..
    D’ailleurs en zone prioritaire les classes bilingues fonctionnent très bien et les élèves en sont ravisSignaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous