Réforme du collège : « on étouffe la technologie ! »

Les professeurs de technologie sont contre la réforme du collège. Explications avec Ignace Rak, inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional en sciences et techniques industrielles honoraire, membre de l’association de professeurs de technologie Pagestec.

Ignace Rak

Ignace Rak

En quoi l’enseignement de la technologie est-il, pour vous, « menacé » par le projet de réforme du collège ?

Le projet de réforme du collège entraînera une suppression d’heures d’enseignement de la technologie en tant que discipline, sous couvert d’une généralisation de l’EIST (enseignement intégré de science et technologie). Ce dispositif, expérimenté depuis 2006, réunit dans un même module d’enseignement pratique les SVT, la physique-chimie et la technologie. Or quand on observe les dernières enquêtes menées par Pagestec auprès des enseignants de technologie, on se rend compte que l’EIST n’a pas prouvé son efficacité. Sa généralisation reviendrait à supprimer les travaux en groupe, d’expérimentation, de conception et de production. Pagestec, qui estime que plus de 2000 postes de professeurs de technologie risquent de disparaître, demande le maintien de 2h d’enseignement hebdomadaire de la technologie au collège. Le projet de réforme du collège indique 1h30 par semaine de la 5e à la 3e et un temps incertain en 6e puisque dilué dans des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Malheureusement, la technologie n’a pas les moyens de se défendre, car elle n’existe que depuis 1985 et il n’y a quasiment aucun universitaire pour la soutenir.

La ministre de l’Education nationale estime que ces EPI permettront de « remobiliser » les élèves. Qu’en pensez-vous ?

Les pratiques interdisciplinaires sont nécessaires mais ponctuellement. La technologie ne peut d’ailleurs pas exister sans faire appel à la physique ou aux maths : par exemple, on ne peut pas calculer la puissance d’un moteur sans faire appel aux forces ou à la notion d’inertie… Avec les EPI, on érige en modèle la démarche d’investigation des scientifiques, purement scolaire, au détriment d’une démarche de projet technique. Les enseignants de technologie tiennent à cette dernière approche car elle aide les élèves à comprendre le monde du travail et les processus de fabrication des produits. Au lieu de ça, on étouffe la technologie dont les apports disciplinaires vont s’amenuiser, voire disparaître.

Autre problème : depuis 2008, le programme scolaire est structuré selon une logique thématique et non plus chronologique. C’est une erreur car l’approche chronologique permet, par exemple, de comprendre le cycle de vie d’un projet : de sa naissance, en passant par sa commercialisation et jusqu’à son recyclage.

Pourquoi la technologie est-elle si importante au collège ?

La technologie est la seule discipline qui propose d’explorer concrètement des outils et des savoir-faire du monde de l’entreprise. Elle permet de donner aux élèves une vision globale de la notion de produit, en fabriquant par exemple des objets qui prennent en compte les pratiques de commercialisation, les enjeux environnementaux… Et puis, la technologie permet d’introduire dans les programmes de nouveaux savoirs, comme le numérique et le codage informatique. Savoir programmer, construire un algorithme… La technologie peut l’apprendre aux élèves !

23 commentaires sur "Réforme du collège : « on étouffe la technologie ! »"

  1. Fab  18 mai 2015 à 13 h 09 min

    Je rejoins le discours de M. Rak qui présente un état des lieux avec la perspective d’arriver à un appauvrissement de la culture technologique de nos élèves. Il ne faut pas oublier que cet enseignement est, à l’instar de l’ensemble des disciplines, n’a pas d’ambition professionnalisant. Il s’agit d’un enseignement général. Aussi, faire découvrir l’univers « extérieur » aux élèves, c’est aussi leur donner les clefs de ma appréhender leur quotidien : développer l’esprit critique, utiliser de manière raisonnée les « outils » à leur disposition (savoir-faire), développer le travail en groupe (savoir-être), développer des compétences (savoirs).Signaler un abus

    Répondre
  2. Yann  18 mai 2015 à 14 h 09 min

    La technologie est une matière très « concrète » pour les élèves. Elle permet de montrer en utilisant des notions abstraites de maths ou de physiques leurs utilités, en les insérant dans des démarches de projets. L’élève apprend à travailler en groupe, à prendre des initiatives, à comprendre le monde des objets pour devenir un consommateur avertis.
    La technologie est une vraie matière d’enseignement générale qu’il faut préserver (heure + groupes)Signaler un abus

    Répondre
    • Alex  18 mai 2015 à 18 h 46 min

      Il y a effectivement des notions abstraites mais aussi des applications concrètes de ces notions en physique chimie.
      La technologie est importante au collège : la vision de l’évolution d’un produit dans la société y a tout à fait sa place au même titre.
      La réforme dissocie la notion de groupe à la notion de discipline, d’où des tensions (voir la guerre) entre collègues. Il faut prévoir des médiateurs.Signaler un abus

      Répondre
  3. francois  18 mai 2015 à 22 h 08 min

    La démarche technologique est une démarche très utile à n’importe quelle personne qui souhaite réaliser un projet.
    La prise en compte de l’aspect scientifique mais aussi des réalités du terrain et de l’aspect économique sont des points que l’élève aborde en technologie, de plus il doit réaliser très souvent un travail collaboratif et il remarque alors rapidement les difficultés du travail en groupe mais aussi ses bénéfices.
    Il est donc nécessaire de maintenir la technologie au collège mais surtout de reconstituer des petits groupes en demi-classe pour favoriser les réalisations où les élèves peuvent manipuler réellement outil et machines, matières premières et passer du plan à l’objet.
    La généralisation du numérique ne dispense ni de la conception ni de la réalisation des objets.
    Les techniciens de demain sont à former aujourd’hui d’urgence surtout si on envisage de revigorer notre industrie mourante.
    POUR QUE VIVE LA TECHNOLOGIE AU COLLÈGESignaler un abus

    Répondre
  4. Jean-Marc Pons  18 mai 2015 à 23 h 18 min

    Entièrement d’accord avec Mr Rak.
    Je rajoute car j’ai déjà participé à l’enseignement de l’EIST : sans temps de concertation entre les 3 profs (physique/chimie, SVT, technologie) l’EIST ira vers un échec, de plus ce temps de concertation est aussi un temps de formation entre les 3 profs, souvent entre svttechno et svtphys/chim.Signaler un abus

    Répondre
  5. Pierre  19 mai 2015 à 10 h 04 min

    « Etouffer » est un verbe très approprié à la situation actuelle.
    La Technologie est la passerelle entre les sciences pures et dures et le monde réel, technique, industriel, économique, social et humain dans lequel évolueront demain les ados du Collège.

    Peut-on imaginer que l’Homme, à l’image des poissons qui baignent dans l’eau mais ignorent tout de cet élément qui pourtant conditionne leur existence, puisse lui-même évoluer dans une société où la technologie devient de plus en plus prédominante sans chercher à comprendre et gérer ce milieu technologique dans lequel il va baigner tout au long de sa vie ?

    Et aprés l’étouffement, qu’advient-il…?Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous