Réforme du collège au JO: « provocation », « passage en force » (syndicats)

logo AFP

La publication mercredi du décret sur la réforme du collège au lendemain d’une grève est une « provocation », voire un « scandaleux passage en force », ont dénoncé des syndicats opposés au texte gouvernemental.

La publication du décret a été mal accueillie par les syndicats antiréforme, au lendemain d’une grève suivie par 27,61% des professeurs des collèges publics selon le ministère, et »plus de 50% » selon le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire.

« Après la forte mobilisation contre la ref # college2016 @ manuelvalls & @ najatvb publient les textes controversés: une provocation, une faute », a taclé le Snes sur Twitter en s’en prenant au Premier ministre et à sa ministre de l’Education.

Le Snalc, syndicat minoritaire classé à droite, même s’il s’en défend, fustige dans un communiqué un « scandaleux passage en force ».

Le Snalc « comprend donc que la ministre n’avait laissé sa +porte ouverte+ que pour mieux la claquer à la figure des professeurs de collège, dans un stupéfiant déni de dialogue social ». Le syndicat appelle à bloquer les épreuves du brevet des collèges fin juin.

Publier le décret « 5 semaines après sa large adoption en CSE dans sa forme définitive… est un délai raisonnable », a estimé au contraire sur Twitter Laurent Escure, secrétaire général de l’Unsa éducation, qui soutient la réforme.

Mardi, quelques milliers d’enseignants ont manifesté contre cette réforme, dont les principaux points de crispation sont la suppression du latin et du grec, remplacés par un enseignement pratique interdisciplinaire, et celle des classes bilangues.

Un gros quart des professeurs des collèges publics (27,61%) se sont mis en grève, à l’appel d’une intersyndicale de sept organisations, selon le ministère de l’Éducation, alors que le Snes, principal syndicat du secondaire, estimait à « plus de 50% » la participation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous