IUT de Saint-Denis: le personnel menacé déplore un manque de soutien de Paris XIII

logo AFP

Le directeur et six autres membres du personnel de l’IUT de Saint-Denis qui disent avoir reçu des menaces de mort ont dénoncé mardi un manque de soutien de l’université de Paris XIII.

« Nous constatons que la présidence (de Paris XIII, NDLR) ne prend pas la mesure de l’ensemble des faits survenus depuis presque deux ans au sein de l’IUT de Saint-Denis, l’amenant à sous-estimer la gravité de la situation », affirment-ils dans un communiqué à la suite d’une réunion entre les deux parties.

Contacté par l’AFP, l’un des sept auteurs du communiqué, qui n’a pas souhaité être cité, a expliqué qu’au-delà du soutien seulement « très partiel » de l’université, à laquelle est rattaché l’IUT, son président « a fait comprendre que nous nous exposons à des sanctions si nous continuons à communiquer sur le sujet ».

Selon le communiqué, le droit de retrait des personnels menacés leur a été refusé.

Samuel Mayol dit faire l’objet depuis son arrivée à la tête de l’IUT début 2014 d’une campagne d’intimidation pour avoir dénoncé un scandale présumé d’heures de cours fictives et de dérive communautariste au sein de son établissement. Il affirme avoir reçu le week-end dernier de nouvelles menaces de mort ainsi que six autres membres du personnel.

Lundi, l’université de Paris XIII avait expliqué avoir invité les personnes menacées à porter plainte.

Sur le plan judiciaire, une enquête a été ouverte il y a un an pour tenter de retrouver l’auteur des menaces et d’établir le lien entre ces faits présumés et les pratiques dénoncées par M. Mayol.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous