Collège: Le Roux (PS) juge le projet de Le Maire « une régression pour la République »

logo AFP

Le président du groupe PS à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux a estimé samedi que les propositions de Bruno Le Maire sur la réforme du collège représentaient « une régression pour la République ».

« Les déclarations de Bruno Le Maire sur la réforme du collège et plus globalement sur le système éducatif révèlent la réalité du clivage gauche-droite sur ces questions », déclare M. Le Roux dans un communiqué, en réaction à l’interview de M. Le Maire dans Libération.

M. Le Maire affirme notamment qu' »il faut remplacer le collège unique par un collège diversifié », et propose de supprimer la deuxième langue vivante obligatoire au collège, ou encore de créer un corps unique d’enseignants, du CP à la 3e.

Des propositions dénoncées par Bruno Le Roux: « Bruno Le Maire a au moins le mérite de présenter une orientation pour l’école. Mais cette orientation, c’est l’affaiblissement redoutable de notre système éducatif. Avec une telle réforme, notre pays poursuivrait inexorablement son déclin dans les classements éducatifs internationaux et serait le théâtre d’une dangereuse explosion des inégalités scolaires ».

M. Le Maire est l’auteur d’une lettre ouverte à François Hollande pour demander la suppression de la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem. « Maintenant, les choses sont claires ! Bruno Le Maire et les 220 parlementaires UMP qui ont signé son appel veulent la fin du collège unique et un système éducatif qui institutionnalise les inégalités », estime Bruno le Roux.

« Le projet de l’UMP est une régression pour la République », conclut ce député de Seine-Saint-Denis.

De leur côté, la secrétaire nationale du PS à l’Éducation Colombe Brossel et le secrétaire national adjoint Yannick Trigance ont souligné dans un communiqué que le Parti socialiste était opposé « fermement au projet de nivellement par le bas du collège » présenté par Bruno Le Maire.

Aux yeux de ces responsables PS, le député UMP de l’Eure défend, avec la fin du collège unique, « une forme de +darwinisme éducatif+ », où « tout se jouera vers 11 ans ».

« En décrétant la suppression de tout apprentissage d’une langue vivante 2 au collège, Bruno Le Maire sacrifie l’avenir de notre jeunesse au monde de demain (…) Ce qu’il propose en réalité, c’est un collège au rabais », ont-ils aussi critiqué.

Et « quelle croyance ridicule de considérer que l’on pourra créer un corps de professeurs polyvalents du CP à la 3e. C’est une méconnaissance totale des métiers, un mépris pour les enseignants et les professeurs, et au final la fin programmée des disciplines », selon leur communiqué.

Le Parti radical de gauche a aussi dénoncé « l’offensive » de Bruno Le Maire et « l’école à deux vitesses de la reproduction sociale qu’il défend, dans la continuité de la politique de Nicolas Sarkozy quand il était au pouvoir ».

« La vision condescendante qu’il a des professeurs de collège et des professeurs des écoles est scandaleuse et insultante pour tous les agrégés qui +dérogeraient+ donc en enseignant à des collégiens. La mauvaise foi du procès fait à Najat Vallaud-Belkacem saute aux yeux quand il s’agit carrément, selon le député de droite, de supprimer la deuxième langue, les sciences, sans parler du latin, pour les remplacer dès la 6e par des enseignements professionnalisants », selon un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous