Une école de cinéma, ouverte à la diversité, à Lyon à la rentrée 2015

logo AFP

Une école publique de cinéma, qui accueillera 30 étudiants issus de la diversité pour un cursus de trois ans débouchant sur un diplôme d’école, ouvrira à Lyon en septembre 2015.

Baptisée « La CinéFabrique », cette école présidée par le réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako est soutenue par la Région Rhône-Alpes et l’Université Lyon 2, a annoncé Jean-Jack Queyranne, président de la Région lors d’une conférence de presse.

« L’idée était d’ouvrir cette école à d’autres publics et à une diversité de talents, d’origines, de paysages et d’histoires à raconter », a expliqué son directeur Claude Mourieras, soulignant que le projet était porté par quelque 150 professionnels du cinéma, producteurs, scénaristes et acteurs. En outre, a-t-il dit, « une école en région alors que les autres sont implantées à Paris, c’est une vraie différence ».

Les deux premières années, l’école siègera sur une ancienne friche industrielle, propriété du Grand Lyon, le temps de trouver « un bâtiment adapté aux besoins techniques en termes de mixage, de tournage », a indiqué M. Mourieras.

A parité hommes-femmes, les 30 étudiants de 18 à 25 ans, « particulièrement motivés », seront sélectionnés par « des critères de sélection innovants » lors d’un « concours d’entrée » ouvert aux non bacheliers et ne faisant « pas de discrimination à l’écrit ».

Chaque postulant devra présenter un « travail personnel déjà réalisé », mettant en évidence ses « capacités » pour une « première sélection », suivie d’un « workshop » de plusieurs jours pour déterminer « l’esprit de groupe, l’autonomie et la motivation » du candidat.

Autre spécificité de La Cinéfabrique: les étudiants suivront, en troisième année, une formation en alternance au sein de différentes sociétés de production.

Le budget annuel de l’école, 2,1 millions d’euros, est financé à parts égales par la Région, le Centre national de cinématographie (CNC) et la taxe d’apprentissage.

La région Rhône-Alpes investit chaque année 10 millions d’euros dans le cinéma et l’audiovisuel via sa structure de coproduction Rhône-Alpes cinéma, créée en 1991 par le metteur en scène Roger Planchon. En 24 ans, Rhône-Alpes Cinéma a coproduit 250 films, dont le dernier « La Tête haute » de la réalisatrice Emmanuelle Bercot ouvre ce mercredi le Festival de Cannes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous