Cambadélis juge « légèrement xénophobe » l’attaque de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem

logo AFP

Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, a jugé « légèrement xénophobe » l’attaque lancée par Nicolas Sarkozy contre la ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, dont le projet de réforme du collège est contesté.

Lundi soir, lors d’un meeting UMP aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), M. Sarkozy avait notamment lancé: « Dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira (ministre de la Justice) est en passe d’être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem ».

« L’UMP et Nicolas Sarkozy ont décidé de cibler la personne et non pas la réforme », a déclaré M. Cambadélis mercredi sur RTL.

Selon le député de Paris, la sortie de M. Sarkozy a « une certaine connotation. Madame Taubira a été attaquée pour les raisons que l’on sait, pour la couleur de sa peau. Et Madame Vallaud Belkacem est attaquée pour quoi? Parce qu’elle s’appelle Belkacem ».

« Je pense (que cette attaque) est légèrement xénophobe, je le dis. C’est inadmissible dans notre République », a-t-il insisté.

Mardi, le secrétaire d’Etat, Thierry Mandon, avait déjà dénoncé des « attaques indécentes » contre la ministre de l’Education nationale de la part de l’ancien président de la République (2007-2012).

« A travers cette question, il y a la démonstration de ce que sont les républicains conservateurs de l’ex-UMP et de ce que sont les républicains progressistes, ceux qui luttent contre les inégalités. Tout le monde constate que le collège aujourd’hui produit de l’inégalité et n’est pas performant. Mais dès qu’il y a une réforme, personne ne veut bouger, particulièrement à droite », a déploré M. Cambadélis.

« La réforme peut être perfectible », a cependant avancé le premier secrétaire du PS.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous