Proposition de résolution des députés UMP pour l’apprentissage de l’allemand

logo AFP

Les députés UMP vont, à l’initiative de Bernard Accoyer, proposer une résolution pour renforcer l’apprentissage de l’allemand, alors que les classes bilangues doivent disparaître dans le cadre de la réforme du collège.

Cette proposition de résolution « sera soutenue par l’ensemble du groupe » UMP à l’Assemblée car « cette réforme est devenue un vrai sujet diplomatique avec nos amis allemands qui la considèrent, à juste titre, comme une mauvaise manière », a déclaré mardi leur chef de file Christian Jacob lors d’une conférence de presse.

Les classes bilangues (apprentissage de deux langues étrangères dès la sixième soit 16% des élèves) doivent laisser la place à l’enseignement de la deuxième langue étrangère pour tous dès la cinquième, et non en quatrième comme actuellement.

La proposition de résolution, transmise à l’AFP, stipule que « l’Assemblée nationale souhaite réaffirmer son attachement au renforcement de l’apprentissage de l’allemand au travers des formations d’excellence ouvertes au plus grand nombre, telle que les classes bilangues ».

Initiée par l’ancien président de l’Assemblée M. Accoyer, elle formule aussi le voeu « que les effectifs de ces classes bilangues puissent augmenter massivement au cours des prochaines années », pour passer à 50% du total des élèves.

De façon générale, les députés UMP considèrent que la réforme du collège est « un remake de la réforme des rythmes scolaires » avec « les enseignants opposés, les parents opposés », selon M. Jacob.

« On s’enferme dans une doctrine bien sectaire et peu importe ce qui se passe autour, j’avance », a-t-il ajouté au sujet de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem. « C’est ressenti comme profondément choquant d’avoir une ministre qui refuse tout débat », a insisté le patron des députés UMP.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous