Fichage de Béziers: le tribunal administratif déboute une association

logo AFP

Le tribunal administratif de Montpellier a rejeté lundi le référé liberté déposé par une association pour enjoindre le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du Front national, de cesser la collecte d’informations sur la religion d’élèves, en l’absence de preuves de l’existence de fichiers spécifiques.

Dans son jugement dont l’AFP a eu copie, le tribunal administratif a estimé qu’il « ne résulte ni des pièces soumises au juge ni des informations recueillies lors de l’audience » que la ville de Béziers aurait constitué « un ou plusieurs fichiers spécifiques, dématérialisés ou non, fondés sur l’appartenance religieuse (…) des élèves ».

En revanche, des informations sur les élèves « ont été collectées à partir des fichiers recensant les élèves inscrits dans les établissements publics d’enseignement dans lesquels les enfants supposés appartenir à la religion musulmane ont été identifiés par leurs prénoms », note le tribunal.

Le traitement de ces données « en dehors de toutes les procédures et garanties par la loi (…) constitue une atteinte manifestement illégale à une liberté fondamentale », souligne le tribunal. Il conclut cependant que « en dehors des déclarations publiques faites par son maire », Robert Ménard, « il n’apparaît pas que la commune de Béziers aurait utilisé ou manifesté l’intention d’utiliser les données », justifiant des mesures d’urgence.

Le tribunal avait été saisi en référé liberté par la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI) pour demander à la commune de Béziers de cesser tout acte de collecte, d’enregistrement, d’organisation, de consultation et d’utilisation de traitement des informations sur la religion des élèves scolarisés sur sa commune.

Le CRI avait saisi la justice après le tollé né des déclarations télévisées de M. Ménard qui avait fait état de « 64,6% » d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers. L’élu avait expliqué: « Ce sont les chiffres de ma mairie ».

L’avocat de l’association, Me Gilles Devers a réagi au jugement en annonçant un référé sur le fond devant le tribunal administratif. « On prend également contact avec le procureur pour lui demander d’ouvrir une enquête », a-t-il dit à l’AFP, estimant que « le débat, ce n’est pas le fichier mais la constitution de fichiers individuels ».

Pour sa part, la mairie de Béziers s’est « réjouie » du jugement qui donne, selon elle, « confirmation écrite que l’accès aux listes des élèves par le maire est légal ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous