Fichage de Béziers: manifestation des syndicats, partis de gauche et associations

logo AFP

Une manifestation a réuni samedi à Béziers quelque 250 personnes, selon la police, plus de 400 selon les organisateurs, à l’appel des partis de gauche, des syndicats et des associations qui protestent contre le fichage des élèves à l’école.

« Nous combattrons l’extrême droite et nous vaincrons. Nous voulons un avenir pour Béziers et pour cela nous ne laisserons pas Robert Ménard bafouer la devise républicaine », a déclaré lors d’une prise de parole, la secrétaire d’État au Commerce, Carole Delga qui avait pris part au rassemblement.

Les manifestants, qui brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire notamment « Ménard tu fiches la honte » ou « Je suis Mohamed un écolier comme les autres », ont scandé « Ménard démission ».

« Nous sommes au pied de la statue de Jean-Moulin, face à sa maison natale pour manifester contre le fichage, la délation, qui ne peuvent que nous rappeler de sombres histoires de notre passé. Ce que Robert Ménard dit avoir fait ressemble trop à ce qui s’est passé sous Vichy. Nous ne pouvons l’admettre », a déclaré à l’AFP, Danielle l’une des manifestantes.

Vendredi, une autre manifestation avait rassemblé quelque 600 personnes selon la police, plus d’un millier selon les organisateurs, à l’appel de plusieurs associations musulmanes locales et du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Depuis lundi, les protestations se multiplient contre les propos du maire de la ville Robert Ménard. Dans l’émission « Mots Croisés », il avait déclaré qu’il y avait « 64,6% » d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers », un chiffre, disait-il, obtenu en se référant au prénom des élèves.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous