« Fichage » des élèves musulmans à Béziers: « illégal » et « antirépublicain » (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Le « fichage » des élèves musulmans sur la base de leur nom par le maire de Béziers, Robert Ménard, est « illégal » et « antirépublicain », a déclaré mardi la ministre de l’Education, qui a demandé à la rectrice de Montpellier de saisir la justice.

Ce « fichage » est « non seulement illégal de la part d’un maire qui est à ce titre représentant de l’Etat sur sa commune, mais aussi profondément antirépublicain », estime Najat Vallaud-Belkacem dans un communiqué.

Elle « condamne très fermement le fichage religieux des élèves des écoles de Béziers, qui démontre que l’extrême droite au pouvoir n’a rien renié de son passé » et rappelle que « la République ne connaît en effet pas d’enfants musulmans, juifs, chrétiens ou athées mais des citoyens en devenir ».

La ministre a demandé à la rectrice de Montpellier de saisir le procureur de la République, « sur les bases de l’article 40 du code de procédure pénale », « pour protéger les élèves de cette commune et mettre un terme immédiat à cette pratique qui attente à la République ».

La laïcité « protège tous les individus, et notamment les enfants à l’école, de toute assimilation à une identité religieuse dont l’histoire a démontré les méfaits », a ajouté Mme Vallaud-Belkacem.

Le procureur de la République de la ville Yvon Calvet a ouvert une enquête préliminaire, après les propos de Robert Ménard, élu avec le soutien du FN, qui a indiqué décompter les élèves selon leur religion.

Lundi soir, dans l’émission « Mots croisés » sur France 2, M. Ménard avait indiqué se servir des prénoms pour établir des statistiques sur les confessions religieuses des élèves de sa commune.

Le Premier ministre Manuel Valls a de son côté tweeté « Honte au maire ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous