Le directeur d’école pédophile de Villefontaine visé par 55 signalements (procureur)

logo AFP

Quarante-quatre mineurs, ou leurs parents, se sont manifestés depuis la mise en examen du directeur d’école de Villefontaine (Isère), déjà soupçonné de onze viols, a indiqué lundi le procureur de Grenoble à l’AFP.

« Cinquante-cinq mineurs (au total, ndlr) sont concernés. Ils se sont manifestés ou leurs parents l’ont fait. Il peut y en avoir d’autres. Cela ne veut pas dire 55 victimes », a déclaré Jean-Yves Coquillat, ajoutant que les mineurs qui se sont manifestés depuis le déclenchement de l’affaire ont été auditionnés ou le seraient prochainement.

Une fois l’ensemble des auditions réalisées, le parquet prendra un réquisitoire supplétif pour confier ces nouveaux cas au juge d’instruction chargé des premiers faits signalés.

La justice soupçonne l’ancien directeur d’école d’avoir imposé « par surprise » des fellations à plusieurs de ses élèves dans le cadre de ce qu’il appelait « un atelier du goût », durant lequel les enfants, les yeux bandés, devaient identifier des « choses » que l’enseignant leur faisait goûter.

Il est mis en examen pour des faits concernant onze élèves à ce jour.

Lundi à Grenoble, les ministres de l’Education et de la Justice ont annoncé qu’une loi obligerait prochainement les services judiciaires à signaler à l’administration les condamnations prononcées contre des fonctionnaires exerçant au contact de mineurs, notamment en matière sexuelle, après de récents scandales de pédophilie dont celui de Villefontaine.

Dans ce dernier cas, l’Education nationale n’avait pas été informée du passé judiciaire du directeur d’école, condamné en 2008 à six mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous