Le Conseil d’État valide une circulaire d’application du 3e plan autisme

logo AFP

Le conseil d’État a rejeté une requête de l’association Vaincre l’autisme, qui lui demandait d’annuler « pour excès de pouvoir » une circulaire d’application du 3e plan autisme (2013-2017), dans une décision rendue publique lundi.

Vaincre l’autisme reprochait à la circulaire du 13 février 2014, signée par les ministères de l’Éducation nationale et des Affaires sociales, de réserver « une place prépondérante aux structures de psychiatrie dans le suivi des personnes avec autisme et autres troubles envahissants du développement ».

Cette circulaire adressée aux recteurs d’académie et directeurs des agences régionales de santé (ARS) porte sur la mise en oeuvre des plans d’actions régionaux, sur les créations de places en établissements ou services médico-sociaux, et sur les unités d’enseignement en maternelle prévus par le 3e plan autisme.

Dans sa décision, le Conseil d’Etat a écarté tous les arguments soulevés par l’association, estimant notamment que le texte attaqué « se borne à souligner la nécessité d’une mobilisation de l’ensemble des acteurs responsables de la prise en charge de l’autisme et autres troubles envahissants du développement, aussi bien les structures de psychiatrie que tous les autres intervenants ».

La plus haute juridiction administrative a aussi estimé que les ministères n’ont pas méconnu l’obligation impartie à l’État de favoriser la scolarisation en milieu ordinaire, en confiant la gestion des nouvelles unités d’enseignement en école maternelle à des structures médico-sociales.

Lors d’un bilan d’étape du 3e plan autisme en avril, le gouvernement a annoncé sa volonté d’améliorer la prise en charge des personnes atteintes d’autisme, en agissant sur la formation des professionnels de santé et d’accompagnement pour faire évoluer les méthodes.

La Haute autorité de santé (HAS) avait jugé en 2012 que l’approche psychanalytique, qui domine depuis des décennies en France, n’avait pas fait la preuve de son efficacité et était « non consensuelle ». Elle avait recommandé, dès le plus jeune âge, des méthodes éducatives et comportementales, qui travaillent sur les apprentissages.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous