Hostiles à l' »assistanat », les Français plébiscitent la prime d’activité

logo AFP

Hostiles à l' »assistanat », les Français plébiscitent la future prime d’activité, une aide qui bénéficiera dès 2016 aux travailleurs modestes, selon un sondage Odoxa pour iTELE et Le Parisien/Aujourd’hui en France publié vendredi.

Quelque 66% des sondés se disent « favorables » à cette mesure, qui remplacera en janvier la prime pour l’emploi et le RSA-activité. Elle fait l’unanimité chez les sympathisants de gauche (85%), tandis que les sympathisants de droite sont plus partagés (50%).

Contrairement au RSA-activité, la nouvelle prime sera accessible aux jeunes actifs de 18 à 25 ans, et même aux apprentis et aux étudiants gagnant plus de 0,78 Smic. C’est une bonne chose pour 72% des personnes interrogées.

Exactement la même proportion de Français estime qu’il y a « trop d’assistanat en France ». Une opinion toutefois plus répandue à droite (88%) qu’à gauche (47%).

Ces résultats ne sont pas contradictoires, selon l’institut de sondage, qui fait remarquer que la prime d’activité « repose justement sur la promesse de garantir aux travailleurs modestes un revenu supérieur à celui qu’ils auraient avec les minimas sociaux ».

Enquête réalisée par internet auprès d’un échantillon de 1.003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quota.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous