Education: les socialistes « préfèrent Jamel Debbouze » au latin, selon Rama Yade

logo AFP

L’ex-ministre Rama Yade (UDI) voit « ce qu’il y a de pire en matière éducative » dans la réforme du collège portée par la ministre Najat Vallaud-Belkacem et accuse vendredi les socialistes de « préférer Jamel Debbouze » à l’apprentissage du latin.

La ministre de l’Education est « sans doute l’une dont les actes auront les conséquences les plus préjudiciables pour notre système éducatif et donc pour notre pays », a répondu Mme Yade, à la question, posée par Sud Radio: Najat Vallaud-Belkacem est-elle la pire des ministres de l’Education nationale de ces dernières années ?

« Il faut un ministère de l’Instruction publique, ou de la Rééducation nationale si vous préférez. On est arrivé à un moment où l’école, vecteur principal en France de l’ascenseur social, ne fonctionne pas. Et Mme Vallaud-Belkacem fait tout ce qu’il faut faire pour empirer la situation », a insisté Mme Yade.

« Alors qu’on attend depuis tellement longtemps une réforme du collège, je trouve que sa réforme, inspirée des expériences pédagogiques les plus hasardeuses, est ce qu’il y a de pire en matière éducative. C’est vraiment terrible », a-t-elle insisté.

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a ardemment défendu le latin, « moyen d’aller aux sources de la langue, d’une civilisation, d’une culture » pour « former un esprit sur le plan intellectuel et citoyen ».

« Que les socialistes n’aient pas compris cela ne m’étonne pas, puisqu’ils préfèrent Jamel Debbouze », a-t-elle lancé en référence à la volonté de Manuel Valls d’introduire des cours d’improvisation théâtrale au lycée.

« Penser que ces nouveaux publics de l’école, les jeunes défavorisés, ne sont pas capables de comprendre Racine ou Molière, c’est un crime. Et que cela vienne de socialistes qui se disent républicains, c’est encore pire », a-t-elle dit.

« J’ai vu aussi que Madame Najat Vallaud-Belkacem est d’accord pour l’enseignement du fait religieux à l’école. Deuxième crime. Elle fait tout à l’envers. Que le Premier ministre se joigne à cela, c’est quelque chose encore plus grave », a accusé Mme Yade, selon qui « l’école publique laïque n’a pas à enseigner les religions » car « l’éducation des religions, ce sont les familles ».

« On préfère Jamel Debbouze comme on a préféré le rap, les cultures de la rue qu’on a promues comme étant les lieux du savoir. C’est sidérant », a-t-elle fustigé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous