Prime d’activité: une extension aux étudiants et apprentis lèserait les autres bénéficiaires

logo AFP

Une extension de la prime d’activité aux apprentis et aux étudiants obligerait à « baisser d’environ 10 euros par mois » la prime de l’ensemble des bénéficiaires et à durcir les critères d’attribution pour les jeunes, selon un projet d’étude d’impact dévoilé mardi par le gouvernement.

En l’état actuel du projet de loi, la prime d’activité, qui regroupera dès 2016 la prime pour l’emploi et le RSA-activité, est ouverte à tous les actifs majeurs, mais pas aux apprentis et aux étudiants salariés. Leur éventuelle intégration est renvoyée au débat parlementaire qui débutera fin mai, a annoncé le ministère des Affaires sociales mardi.

En attendant, le gouvernement a d’ores et déjà examiné cette « possibilité », selon le projet d’étude d’impact.

« Pour rester dans l’enveloppe initiale d’environ 4 milliards d’euros » par an, cette option suppose d’introduire un « critère supplémentaire » d’éligibilité fondé sur le salaire.

Le jeune, qu’il soit actif, étudiant ou apprenti, « ne serait éligible en son nom propre (…) qu’à condition de gagner, dans les trois mois précédents, 0,78 Smic nets mensuels » (près de 900 euros).

Selon le document, « ce scénario écarterait massivement du bénéfice de la prime d’activité les jeunes travailleurs » qui, dans le projet initial, doivent toucher la prime dès le 1er euro de salaire, comme leurs aînés.

Par ailleurs, « cette option suppose de baisser d’environ 10 euros par mois » la prime pour l’ensemble des bénéficiaires « afin de respecter l’enveloppe budgétaire ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous