Pédophilie en Isère: l’Education nationale informée d’une autre plainte en 2001

logo AFP

L’Education nationale avait été informée en 2001 d’une plainte pour agression sexuelle classée sans suite visant le directeur d’école de Villefontaine (Isère) mis en examen pour viols sur mineurs, a-t-on appris mardi de source judiciaire confirmant une information du Dauphiné libéré.

Cette plainte avait été déposée en octobre 2001 par les parents d’une fille de 4 ans, qui « accusait », le directeur alors simple instituteur, Romain F., « de lui avoir touché les fesses ce que l’intéressé contestait », a-t-on précisé de même source.

Une enquête avait été menée et Romain F. placé en garde à vue. Ses collègues, son directeur d’école de l’époque avaient également été interrogés.

La plainte avait ensuite été classée sans suite « faute de charges suffisantes » sachant qu’en outre « à l’époque il n’existait pas de précédent judiciaire concernant l’intéressé », a-t-on ajouté.

« Il apparaît » toutefois « très clairement » que l’Education nationale « a bien été informée de l’existence de cette procédure », souligne-t-on de même source.

« Les faits n’apparaissant pas en l’état prescrits », une réouverture de cette plainte, qui a été envoyée au parquet de Grenoble en charge de l’affaire de Villefontaine, « est à l’étude ».

Par ailleurs, en juin 2008, Romain F. avait été condamné par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu (Isère) à six mois de prison avec sursis avec une obligation de soins pendant deux ans pour avoir téléchargé des images pédopornographiques. Mais cette condamnation n’avait pas été assortie d’une interdiction d’entrer en contact avec des enfants, ni signalée à son administration, alors même qu’elle figurait à son casier judiciaire.

Une enquête administrative est actuellement menée conjointement par les inspections des ministères de l’Education et de la justice.

La justice soupçonne l’ancien directeur d’école d’avoir imposé « par surprise » des fellations à plusieurs de ses élèves. Il a été mis en examen le 25 mars pour des faits concernant onze élèves, selon Me Patrice Reviron, avocat de parents d’élèves de Villefontaine. Mais d’autres enfants doivent encore être auditionnés après de nouveaux signalements, selon le parquet de Grenoble qui ne souhaite pas communiquer de chiffre définitif.

Aujourd’hui, ce père de famille de 45 ans a été mis en examen et écroué à la suite des dénonciations de Villefontaine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous