Nord: peine réduite en appel pour le père de l’enfant venu avec une arme à l’école

logo AFP

La peine du père d’un enfant de sept ans, qui s’était présenté à son école de Bruay-sur-l’Escaut (Nord) avec un pistolet non chargé trouvé chez lui, a été ramenée mardi par la cour d’appel de Douai de 18 à 6 mois de prison ferme.

La cour l’a reconnu coupable d’acquisition ou détention d’arme de catégorie B, en l’occurrence un pistolet de calibre 6.35, mais pas de la « violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité » ayant exposé ses deux fils à un risque imminent de mort ou de blessures pouvant entraîner une mutilation – retenue en première instance par le tribunal correctionnel de Valenciennes.

Selon Me Emmanuel Riglaire, avocat du père trentenaire, « les conditions pour le délit de mise en danger d’autrui n’étaient pas là, parce qu’il faut exposer un risque immédiat ». Or, a plaidé l’avocat auprès de l’AFP, « il n’y avait pas de munitions dans la maison et l’arme n’était pas chargée ».

Le 10 mars, avant de partir pour l’école Léo-Lagrange, à la périphérie de Valenciennes, le garçon avait aperçu le pistolet dans le tiroir de la salle de bains familiale, qu’il avait ouvert pour prendre son dentifrice.

Il l’avait mis dans son cartable, mais à l’école il avait été dénoncé par un camarade. La maîtresse avait alors récupéré l’arme et prévenu le père le soir même. Le lendemain, le directeur de l’école avait contacté la police, qui avait placé le père en garde à vue.

Bien connu de la justice, appartenant à la communauté sédentarisée des gens du voyage, celui-ci compte 28 mentions à son casier judiciaire pour divers faits, en France et en Belgique. En liberté conditionnelle, il était sorti de prison en octobre, après cinq ans en détention pour vol aggravé.

Il avait dit à l’audience en première instance avoir acheté l’arme pour 100 euros, afin de se défendre par rapport à des « embrouilles » passées. « Je regrette, j’aurais pas dû la mettre » dans un tiroir de la salle de bains, avait-il déclaré, se justifiant par des menaces que la famille aurait reçues.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous