Le plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme fait de l’éducation une priorité

Le Premier ministre, Manuel Valls, a présenté ce vendredi 17 avril, après une visite dans un lycée de Créteil, un plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Parmi les 40 mesures prévues, 10 sont consacrées à l'éducation.

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem au lycée Léon Blum.

Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem au lycée Léon Blum.

Créteil est “une ville exemplaire”, pour Manuel Valls. En visite au lycée Léon Blum, ce vendredi 17 avril, le Premier Ministre, accompagné de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, a échangé à propos du racisme et de l’antisémitisme, avec des élèves de cet établissement, qui a inspiré le film “Les Héritiers”.

C’est dans ce lycée qu’en 2009, Anne Anglès, professeure d’histoire, a proposé à sa classe de seconde de participer au concours national de la résistance et de la déportation – que ses élèves ont remporté.

Créteil, « ville symbole » de la République

“C’est à Créteil que réside la plus importante communauté juive de la région, en même temps qu’une des plus importantes mosquées de France. C’est un bout de France. C’est aussi le lieu d’une agression antisémite ignoble, perpétrée en décembre dernier”, a lancé Manuel Valls, quelques heures plus tard, à la Préfecture du Val-de-Marne, devant un parterre d’officiels et de journalistes – à l’occasion du lancement de son nouveau plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

"L'agora", cour du lycée Léon Blum - plusieurs scènes du film "Les Héritiers" y furent tournées.

« L’agora », cour du lycée Léon Blum – plusieurs scènes du film « Les Héritiers » y furent tournées.

Rappelant l’après-Charlie Hebdo, quand “par millions, les Français ont dit leur attachement à la liberté et à la tolérance”, le Premier Ministre a remarqué : “j’ai voulu annoncer ce plan après une rencontre avec des lycéens, car il s’agit d’un combat pour éveiller les consciences. Il faut y travailler dès le plus jeune âge”.

1 mesure sur 4 consacrée à l’école

Le plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, doté de 100 millions d’euros sur trois ans, comprend 40 mesures, réparties en plusieurs grands axes. D’abord, sécuriser les lieux publics et “sanctionner chaque acte raciste ou antisémite”. Ensuite, mobiliser toute la société (médias, institutions, partenaires sociaux, associations).

Troisième axe : l’éducation. Le plan de lutte prévoit ainsi “d’armer l’école pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République” en “renforçant et en structurant l’offre de formation et les ressources consacrées à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme”, en formant les personnels aux “valeurs de la République et à la laïcité”, en “accompagnant les équipes éducatives confrontées à des incidents” – en créant un “réseau de référents racisme-antisémitisme dans les établissements d’enseignement supérieur”, et en “mobilisant des équipes d’intervention d’urgence pouvant intervenir en soutien des équipes pédagogiques”, a noté le Manuel Valls.

classe lycée

© Lisa F. Young – Fotolia

Afin de “ne laisser aucun incident sans suite”, le gouvernement prévoit d’élaborer un “guide de référence de rappel du droit et des sanctions” à destination des acteurs éducatifs et de développer des mesures de “responsabilisation” et de “médiation par les pairs”. Chaque incident “devra être porté à la connaissance de la hiérarchie et une solution devra être trouvée. Nous devons améliorer le signalement des incidents et la réponse apportée : prévention, éducation ou sanction”, a décrit le Premier Ministre.

Visiter les lieux de mémoire pour « éveiller les consciences »

Pour éduquer les jeunes contre le racisme et l’antisémitisme, le gouvernement insiste en outre sur l’importance d’organiser la visite des lieux de mémoire éparpillés partout en France. “Le mémorial de la Shoah, le camp des Milles, le musée de l’histoire de l’immigration, la maison d’Izieu, le mémorial de l’abolition de l’esclavage de Nantes… ces traces sont notre mémoire, et une ressource considérable pour notre jeunesse”, a lancé Manuel Valls. Ainsi, à chaque étape de la scolarité, un lieu de mémoire devra être visité.

Le Mémorial de la Shoah, Paris.

Le Mémorial de la Shoah, Paris.

Le plan de lutte prévoit la création d’un fonds d’intervention “Mémoire et histoires”, pour mettre en réseau et mobiliser les institutions mémorielles. En plus de visiter ces lieux, une oeuvre artistique devra être “choisie et enseignée pour éveiller les consciences”. Enfin, pour “développer l’éducation à l’image”, les acteurs de l’audiovisuel prêteront main forte au gouvernement. Ainsi, l’INA mettra-t-elle ses archives à disposition, et participera à la formation des enseignants. L’Institut construira avec ces derniers des “parcours pédagogiques”.

Éduquer à la citoyenneté, « au delà de l’école »

Au delà de l’école, le plan met en avant d’autres actions visant à éduquer à la citoyenneté, comme la mise en place de “parrainages citoyens”, l’affectation de volontaires du Service civique auprès des associations et des acteurs de l’éducation populaire, une vigilance accrue envers l’antisémitisme et le racisme dans le sport, ou la formation de 1000 ambassadeurs “valeurs du sport”.

“Le message est simple : c’est par l’éducation, la pédagogie, la compréhension de l’autre que nous vaincrons”, avait lancé Manuel Valls, plus tôt, devant les élèves du lycée Léon Blum.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous