« Il faudrait une véritable formation vocale des enseignants »

Le 15 avril, c'est la Journée Mondiale de la Voix. Comment la préserver quand on est enseignant ? Entretien avec le Dr Benoît Amy de la Bretèque, phoniatre dans les hôpitaux publics de Montpellier et de Marseille.

Voix

Voix © Mirko Raatz – Fotolia

Les enseignants sont-ils particulièrement exposés aux troubles de la voix ?

Des études l’ont montré et dans la pratique cela se vérifie toutes les semaines : les enseignants représentent une catégorie professionnelle extrêmement exposée aux problèmes de voix. Du jour au lendemain, ils passent à une activité vocale prolongée, nécessitant un déploiement sonore important. Je pense en particulier aux professeurs d’EPS qui doivent parler en plein air ou dans des environnements réverbérants, comme les gymnases ou les piscines. Les enseignants sont des professionnels de la voix qui s’ignorent. On parle de la formation vocale des futurs enseignants depuis des années, mais malheureusement elle n’existe toujours pas.

Comment entretenir sa voix quand on est enseignant ?

Le premier des entretiens consiste à éviter tout ce qui peut agresser le larynx, comme le tabac. Il est important d’avoir une bonne hygiène de vie, de bien dormir. Il faut aussi essayer de répartir l’effort vocal dans la semaine : plus il est étalé, mieux c’est. De petits exercices sont conseillés pour se préparer à une journée de travail, comme une mise en voix de 5 à 10 minutes sur le trajet. Des exercices spécifiques s’apprennent auprès des rééducateurs. Il ne s’agit pas de faire des vocalises mais de réaliser un travail sur le souffle pour assouplir les cordes vocales. C’est un peu comme faire un tour de terrain en petites foulées avant un effort sportif, ou comme un chanteur qui se prépare avant de monter sur scène. En une séance de travail, on mesure déjà l’amélioration de la réponse des cordes vocales. Les enseignants n’ont pas cette culture, sauf ceux qui pratiquent le théâtre ou le chant. Beaucoup participent à des chorales mais attention, s’ils n’ont pas le bagage technique nécessaire, le risque est grand de rajouter de la fatigue et de s’exposer à des troubles de la voix.

Comment retrouver sa voix quand on est victime d’aphonie ?

On peut être aphone ou avoir la voix enrouée pour différentes raisons. Le type d’aphonie le plus courant intervient dans un contexte infectieux, lorsque le larynx est enflammé. Cela arrive lorsqu’on est très fatigué, qu’on se sert beaucoup de sa voix… C’est la laryngite virale, gênante mais souvent banale. Dans ce cas, des moyens thérapeutiques simples existent, même si le premier des traitements, c’est le repos. Les enseignants ne peuvent pas se mettre en congés au moindre petit accroc vocal, mais ils peuvent renoncer à un loisir, à une répétition de chorale par exemple. Tout ce qui permet d’économiser les cordes vocales est bénéfique. Au fond, comme la fatigue corporelle générale, si on s’est fatigué la voix, il y a un temps de récupération incompressible. Si on le respecte, on pourra repartir de zéro. A contrario, si on repart au charbon trop tôt, on va accroitre sa fatigue et s’exposer à des troubles chroniques.

A quel moment faut-il consulter ?

La laryngite aiguë virale doit rentrer dans l’ordre en trois jours environ. Si l’enrouement dure plus d’une semaine, il y a peut-être un autre problème plus profond. Il est donc conseillé de consulter un ORL ou un phoniatre, sachant que nous ne sommes pas nombreux à exercer cette profession en France.

1 commentaire sur "« Il faudrait une véritable formation vocale des enseignants »"

  1. Anne56  13 avril 2015 à 18 h 02 min

    Peut être qu’avec une médecine du travail, les arrêts maladie seraient moins nombreux et les enseignants mieux suivis y compris dans les déviances qu’on nous révèle ces derniers jours…Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous