Bayrou: la réforme des collèges « ruine » l’éducation nationale

logo AFP

Le président du MoDem François Bayrou a jugé samedi que la réforme des collèges menaçait de « ruiner » l’éducation nationale, critiquant la « suppression » des langues anciennes, le latin et le grec.

« Alors que l’État se drape de la toge de ceux qui veulent défendre les plus défavorisés, il dénigre nos principes républicains », a dénoncé le maire de Pau, estimant que « ceux qui parlent de reconstruire l’éducation nationale, hélas, sont en train de la ruiner ».

« Supprimer les langues anciennes, la formation humaniste, la tradition classique du latin et du grec, c’est un déni de politique sociale », s’indigne-t-il dans une déclaration à l’AFP. « Ce qui se joue en ce moment est une question de respect de l’égalité des chances », ajoute-t-il.

Pour François Bayrou, « la suppression des sections bilingues, européennes et internationales participe du même mouvement ». La « langue est un puissant vecteur de rayonnement, d’égalité et de paix dans la société », fait-il valoir.

Le projet de réforme du collège pour 2016 a passé vendredi un premier cap, recevant l’avis favorable du Conseil supérieur de l’éducation (CSE), une instance consultative.

Il prévoit d’avancer d’un an, en 5e, l’apprentissage de la deuxième langue vivante. Parallèlement, sont supprimées la plupart des classes bilangues (deux langues dès la 6e) et les sections européennes.

Les langues anciennes, latin et grec, ne seront plus une option, perspective qui fait craindre leur disparition à des associations d’enseignants. Elles seront enseignées via un Enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) Langues et cultures de l’Antiquité et un « enseignement de complément ».

Ces langues « ne perdront pas d’heure », a toutefois assuré la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous