« Il faut des sanctions contre les profs qui rabaissent leurs élèves ! »

Stéphane Furina est professeur d’anglais à Wormhout, dans le Nord-Pas-de-Calais. Dans son livre "Pires que les élèves", il dénonce le manque de pédagogie de certains enseignants.

Stéphane Furina

Stéphane Furina

Qu’est-ce qui vous a décidé à vous indigner devant le comportement de certains enseignants ?

J’en ai assez des généralités sur les élèves, présentés comme des moins que rien qui n’auraient plus le niveau scolaire… On plaint régulièrement les professeurs qui ont des élèves très difficiles et c’est vrai. Mais une autre réalité, ce sont les élèves qui subissent des professeurs indignes de la profession, qui n’ont aucune pédagogie et passent leur temps à les rabaisser voire à les insulter.

Ne craignez-vous pas de faire le jeu des anti-profs ?

On me le reproche sur les réseaux sociaux mais je ne parle que d’une minorité, car la grande majorité des enseignants sont des gens fabuleux. Mon but était de dénoncer le mal-être qui touche un grand nombre d’élèves dans l’indifférence générale. Je veux que les enseignants ne soient plus intouchables. Certains ont des dossiers de plaintes longs comme le bras et on ne fait rien. Il faut se taire, puisque l’on considère que les élèves exagèrent toujours.

Comment ont réagi vos collègues lors de la sortie du livre ?

couv pire que les eleves

couv pire que les eleves

Je constate que beaucoup d’enseignants l’achètent. Des collègues me soutiennent, d’autres sont contre. Ils en ont le droit, c’est la liberté d’expression, à condition qu’ils aient lu mon livre. Je ne me retrouve pas tout seul mais je me fais plus petit depuis la parution. Je ne m’attarde pas en salle des profs par exemple, car il y a eu des réactions très violentes à mon sujet pendant mon absence.

Qu’est-ce qu’un bon prof selon vous ?

C’est celui qui se souvient de l’élève en difficulté qu’il a été un jour et qui agit en conséquence pour l’aider. Je suis loin d’être un enseignant parfait, mais quels que soient mes coups de gueule ou mes colères, je n’ai jamais insulté ni rabaissé un élève.

Que reprochez-vous aux syndicats enseignants ?

Les syndicats, surtout majoritaires, nous opposent les uns aux autres. Par principe, ils ne sont jamais d’accord avec les politiques gouvernementales. Pour les syndicats, le professeur est roi et les élèves sont insignifiants. On ne fait pas avancer les choses comme cela. Beaucoup des collègues syndiqués sont insupportables : on ne peut pas discuter avec eux, si on n’est pas d’accord on est mis sur la touche. Je précise toutefois que je suis syndiqué, mais à but informatif, au sein d’un syndicat qui respecte mes choix et ne m’oblige pas à faire grève…

Que préconisez-vous pour améliorer la situation ?

Je n’ai pas la solution mais des propositions. Il faut des sanctions, allant du blâme jusqu’au renvoi de l’établissement, contre les professeurs indignes, ceux qui abusent de leur pouvoir en cassant les élèves. Le chef d’établissement devrait avoir plus de pouvoir. Des médiateurs devraient être institués pour donner la parole aux élèves et aux parents. En 17 ans de carrière, je n’ai pas vu un seul parent démissionnaire et j’ai pourtant exercé dans plusieurs établissements difficiles.

20 commentaires sur "« Il faut des sanctions contre les profs qui rabaissent leurs élèves ! »"

  1. scorpion  10 avril 2015 à 10 h 19 min

    Et il faut des sanctions contre les parents qui rabaissent leur enfant ! et contre les proviseurs qui rabaissent leurs professeurs !
    un peu de sérieux, s’il vous plait. Le bateau prend l’eau, inutile de taper sur les futurs naufragés.Signaler un abus

    Répondre
  2. FRANCHOMME  10 avril 2015 à 12 h 05 min

    Ces propos sont d’autant plus risibles quand on connait ce « pseudo-professeur » et ses méthodes d’enseignement ! C’est mon cas, je le connais depuis son arrivée au collège du Houtland de Wormhout !

    J’ai même la mal(chance) d’être cité dans son livre comme représentant syndical !
    Il n’a même pas le courage de dire à ses collègues actuels ce qu’il pense d’eux « les yeux dans les yeux » car il fuit la salle des profs depuis la rentrée des vacances des février (zone B)

    Moi, j’ai eu une question à poser à ce professeur : Combien d’heures de cours donnait-il quand j’étais encore en activité ?
    Pour info un prof certifié « dit normal » en donne 18 devant public, ce qui lui fait 35 au total !Signaler un abus

    Répondre
  3. DOLLE  10 avril 2015 à 12 h 14 min

    Le Problème c’est que le système ne sait pas quoi faire quand un enseignant titulaire n’y arrive plus en classe, il n’y a pour ainsi dire aucune possibilité de reclassement or cela serait très utile et aurait le mérite de promouvoir plutôt que de casser! Par contre il faut être intraitable avec les enseignants qui cassent les élèves c’est anormal ! Pour les personnels de direction c’est la même chose si ils ne savent pas diriger il ne faut pas continuer à les mettre dans des directions d’établissement car le résultat est catastrophique et cela nuit énormément et à beaucoup d’élèves et d’enseignants ! Le but dans un établissement est avant tout la réussite des élèves et il faut tout faire pour que les jeunes réussissent, car quand on les retrouvent plus tard sans diplôme c’est très dur de les remotiver !Signaler un abus

    Répondre
  4. Carole437  10 avril 2015 à 12 h 18 min

    Mille fois d’accord. Le bateau prend l’eau de partout, certes. Mais une minorité de profs est responsable de la mauvaise image de l’Education Nationale. Une minorité (enfin, je ne suis pas sûre qu’il s’agisse d’une minorité) se prend pour l’élite….. qu’elle n’est pourtant pas…. Un peu de modestie ne nuirait pas à certains.
    Assez d’accord avec Scorpion pour ce qui est des proviseurs. Et des inspecteurs qui seraient bien incapables de « tenir » une classe…..
    Se rappeler de l’élève que nous avons été, voilà une des clés ! bien sûr ! Ceux qui demandent à leurs élèves de lire Le Monde en seconde ou première ou terminale, le lisaient-ils eux-mêmes ?????
    Beaucoup de profs viennent de familles qui n’avaient pas de difficultés matérielles majeures. Ils sont donc incapables de se mettre à la place de certains parents. Et de certains élèves.
    Que dire d’une collègue qui a osé dire à une étudiante « ronde », « je t’emmène voir ton maître de stage, tu rentreras ton ventre » ? Et je pourrais multiplier les exemples. J’ai honte d’être prof parfois…..
    J’espère donc que ce livre va faire réfléchir ! Merci à l’auteur d’avoir osé « mettre les pieds dans le plat » !Signaler un abus

    Répondre
  5. Cinégien  10 avril 2015 à 16 h 27 min

    Ah ! Enfin !!! Quelqu’un qui a osé !! Maman d’un élève de 5ème, je suis déprimée de ce que l’on fait à mon fils, en grande difficulté scolaire. Il est mis de côté dans la plupart des matières, les profs qui acceptent de me rencontrer me font part de problèmes psychologique, qu’ils n’ont rien à voir là-dedans et, le comble, ils savent déjà que mon fils ne fera pas d’études supérieures !! La hiérarchie me dit qu’elle ne peut rie faire et que c’est à moi d’assister plus mon fils le soir. Je ne fais que ça !! Comment se permettent-ils de me dire que je ne m’occupe pas de mon fils ??
    Je vais acheter ce livre sans hésiter, quel courage de la part de cet homme qui a osé mettre les pieds dans le plat. Mon problème ne s’arrange pas, mais qui sait, grâce à ce livre, les consciences vont s’éveiller. Merci M. Furina.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous