Éducation: à Marseille, la mairie annonce un consensus autour des rythmes scolaires

logo AFP

L’adjointe au maire de Marseille en charge des écoles, Danièle Casanova (UMP), a annoncé vendredi avoir obtenu l’assentiment de la majorité des conseils d’écoles sur l’aménagement des rythmes scolaires lors d’un second vote, alors qu’un premier scrutin avait rejeté la proposition municipale.

« Au lieu d’avoir répondu à notre question, nous avions eu un déchaînement de réponses contre (l’aménagement des) rythmes scolaires », a expliqué l’élue, ajoutant, lors d’un point presse, que l’annulation de la première consultation avait été alors approuvée par le recteur.

Les conseils d’écoles ont à nouveau été consultés sur l’organisation des temps d’activités périscolaire (TAP) pour la rentrée 2015: mis en oeuvre le vendredi après-midi cette année, la mairie envisage de les déplacer les mardis et jeudis après-midi.

Fin mars, apprenant que le premier vote –170 conseils d’écoles avaient voté contre, 147 pour et 127 écoles n’avaient pas donné de réponse, selon la mairie– était annulé, syndicats enseignants (SNUipp, Unsa, CGT, Sgen-CFDT, Sud, SDU 13) et collectifs de parents d’élèves (MPE13, collectif Dz-écoles) avaient dénoncé « une inacceptable manipulation ».

Lors de la deuxième consultation, l’adjointe aux écoles affirme que 189 écoles ont voté pour la nouvelle organisation, 147 contre, 10 ont voté blanc, 6 se sont abstenues et 14 ont refusé (officiellement) de participer, soit 366 écoles qui « se sont exprimées » selon le comptage de la mairie sur les 444 que compte la commune. 78 établissements ont refusé de participer au scrutin.

« Une bonne nouvelle pour les familles Marseillaise », s’est félicité Mme Casanova, ajoutant qu’elles bénéficieraient ainsi « d’activités périscolaires de qualité ».

Cette nouvelle organisation sur deux jours doit permettre de diminuer par deux le nombre d’animateurs, qui devrait passer de 3.000 à 1.500, et vise a pérenniser ces emplois en offrant des contrats d’une vingtaine d’heures, a encore expliqué l’élue.

Enfin, lundi l’appel d’offre pour choisir les associations qui offriront les activités dans le cadre des TAP sera clos. Selon Mme Casanova, la municipalité sera en mesure de présenter les activités offertes « dans le courant du mois de juin », avant la sortie des élèves.

A la rentrée 2014, la mise en oeuvre des TAP avait été très chaotique dans les écoles marseillaises. Opposé à la réforme, le maire UMP de la ville Jean-Claude Gaudin avait tenté de proposer un projet alternatif, de soutien scolaire, retoqué par l’Education nationale à quelques semaines de la rentrée. La mise en oeuvre des TAP dans toutes les écoles de la ville avait ensuite pris des mois et n’avait été effective qu’au deuxième trimestre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous