Quarante-trois victimes recensées deux ans après la mise en examen d’un instituteur pour viols

logo AFP

La justice a recensé 43 victimes deux ans après la mise en examen d’un instituteur, soupçonné d’avoir violé plusieurs de ses élèves de maternelle et de CP en Savoie, a-t-on appris auprès du parquet.

Outre des élèves en Savoie, « il y a aussi des faits dans un camp de vacances », a indiqué à l’AFP le procureur de Chambéry Thierry Dran, confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Il s’agit du camp de Mornac-sur-Seudre (Charente-Maritime) où l’instituteur, aujourd’hui âgé de 49 ans, a encadré des enfants.

En Savoie, il était responsable de plusieurs classes de l’école de La Planaise, commune rurale proche de Chambéry de 2010 à 2013.

L’instituteur a été mis en examen et écroué pour « viol sur mineur par personne ayant autorité » en avril 2013 après le dépôt d’une plainte par les parents d’une fillette agressée.

« Les parents ont vu ressurgir des souvenirs avec l’affaire de Villefontaine » (Isère), dans laquelle un directeur d’école a été mis en cause pour des faits similaires, a déclaré à l’AFP Me Benjamin Béroud, avocat de parents d’une victime.

« Depuis la révélation des faits présumés, il y a maintenant deux ans, ils n’ont jamais été assistés », a-t-il ajouté, regrettant « le peu de sollicitude dont ils ont fait l’objet de la part de l’Education nationale ».

Le directeur d’école de Villefontaine a lui été mis en examen pour des faits concernant onze élèves. Mais d’autres enfants doivent encore être auditionnés après de nouveaux signalements, selon le parquet de Grenoble, qui ne souhaite pas communiquer de chiffre définitif.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous