Label « école sans racisme »: Christiane Taubira pédagogue auprès des collégiens

logo AFP

Signatures d’autographes, selfies avec les adolescents, des mots simples pour donner la mesure de l’enjeu: la ministre de la justice, Christiane Taubira, s’est montrée pédagogue jeudi à saint-Nazaire dans un collège qui a reçu le label « école sans racisme ».

Au cours d’une rencontre de plus d’une heure et demie avec une centaine d’élèves du collège Jean-Moulin où elle avait été accueillie par des gospels interprétés par la chorale de l’établissement, la Garde des Sceaux a répondu aux questions des élèves et souligné l’importance du « vivre ensemble » et des règles nécessaires à son fonctionnement.

Tour à tour interrogée sur: « pourquoi avez-vous choisi d’être ministre? », « pensez-vous que le racisme peut disparaître? », « est-il difficile d’être ministre pour une femme? » ou encore sur les obstacles rencontrés lors de la loi sur pour le mariage pour tous, Mme Taubira s’est faite historienne, en particulier sur l’esclavage, elle qui est née Guyane, mais aussi professeur d’éducation civique.

A propos du débat sur le mariage pour tous, très virulent, au cours duquel elle fut elle-même l’objet d’injures racistes, elle a notamment déclaré: « J’ai évité de stigmatiser les personnes qui s’y opposaient (…) J’estimais qu’il fallait prendre des précautions, entendre les objections des uns et des autres et y répondre ».

« C’est un acte de justice et d’égalité, c’est ce qui compte pour moi. Tout le reste, y compris les injures, ne compte pas, ce sont des péripéties. Ça a révélé des choses très tristes », a-t-elle ajouté.

« Ça fait deux ans que des mariages sont célébrés. Le ciel n’est pas tombé, la terre a continué à tourner et la vie va. Il ne s’est rien passé d’autre que joie et bonheur », a-t-elle assuré.

Invitant les collégiens à s’engager dans cette lutte contre le racisme et tous les préjugés, la ministre de la Justice a glissé en conclusion quelques mots d’Aimé Césaire, extraits du « Cahier d’un retour au pays natal »: « Et surtout, mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle ».

Les collégiens avaient demandé à Mme Taubira d’être leur marraine dans cette initiative et leur parrain était Toumi Djaidja, l’un des initiateurs de la marche des Beurs en 1983.

Le label européen « école sans racisme » décerné jeudi à ce collège, est le fruit d’un travail d’un an et demi mené avec les enseignants, sous l’égide de le fédération Léo Lagrange. 600 établissements scolaires ont d’ores et déjà ainsi été labellisés en Europe depuis la naissance de cette initiative, en 1988 à Anvers, face à la montée des partis d’extrême-droite flamands.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous