Collège, calendrier scolaire… journée marathon pour la communauté éducative

logo AFP

Réforme du collège, calendrier scolaire, éducation morale et civique: le Conseil supérieur de l’Education (CSE), qui donne un avis consultatif sur les réformes dans l’éducation, connaîtra vendredi une journée marathon.

Syndicats de l’éducation, parents, lycéens, collectivités et patronat voteront notamment sur le projet de réforme du collège pour 2016, le calendrier scolaire pour les trois prochaines années, l’Enseignement moral et civique (EMC) prévu pour la rentrée 2015 du CP au lycée, le Parcours individuel d’information et de découverte du monde économique et professionnel (PIIODMEP) ou encore le parcours d’éducation artistique et culturelle.

Initialement, ils devaient aussi se prononcer sur le futur Diplôme national du brevet et les arbitrages sur l’évaluation des élèves, dossiers repoussés en mai en raison d’un agenda chargé.

La réforme du collège a ses partisans et ses adversaires. Le Snes-FSU, premier syndicat du secondaire, le SNU.EP-FSU (enseignement professionnel), le Snalc, FO, la CGT et Sud ont demandé son retrait. Ils critiquent un projet « fondé sur l’autonomie des établissements et la multiplication des hiérarchies intermédiaires sous l’autorité du chef d’établissement » et une « mise en concurrence » selon eux entre les disciplines, enseignants et établissements.

A l’inverse, le projet est soutenu notamment par les syndicats réformistes SE-Unsa et Sgen-CFDT, la fédération de parents d’élèves FCPE, l’UNL et l’Unef.

Les grandes lignes du projet ont été présentées le 11 mars avant trois semaines de négociation. Il prévoit que chaque établissement décide de 20% de son emploi du temps pour du travail en petits groupes, de l’accompagnement personnalisé pour tous les élèves, et de nouveaux Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) à partir de la cinquième.

Il est aussi prévu d’anticiper d’un an, en 5e, l’apprentissage de la deuxième langue vivante. Parallèlement, la réforme prévoit la disparition des classes bilangues (deux langues dès la 6e) et des sections européennes.

Les langues anciennes ne seraient plus une option, perspective qui fait craindre une disparition à des associations d’enseignants, mais seraient l’objet d’un Enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) Langues et cultures de l’Antiquité ainsi que d’un « enseignement de complément ».

Cette réforme doit se faire grâce à la création de 4.000 postes équivalent temps plein d’ici la rentrée 2017.

Le calendrier scolaire devrait comme d’habitude être rejeté, ce qui ne l’empêchera pas d’être appliqué, prévoit Claire Krepper du SE-Unsa, rappelant que sur ce sujet « jamais personne n’est satisfait ». Le projet présenté vendredi, qui avance les vacances de printemps à la demande du secteur de la montagne, « aggrave un peu la longueur du troisième trimestre ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous