Pitchak en cours d’EPS : pour la santé et pour la solidarité

Serge Gabrielich, prof d'EPS à Nice, ancien champion de saut à la perche, a mis en place dans son collège le "Pitchak pour les pitchouns". Grâce au jeu traditionnel du pitchak, il lutte contre l'obésité et la sédentarité des élèves, et pour la solidarité. Entretien.

Le Pitchak pour les pitchouns

Le Pitchak pour les pitchouns

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous retracer votre parcours de sportif ?

Je suis aujourd’hui enseignant d’EPS au collège Jean-Henri Fabre de Nice, et j’ai enseigné pendant 20 ans en région parisienne.
Je suis par ailleurs ancien recordman de France cadet de saut à la perche, j’ai été international junior et j’ai pratiqué ce sport au sein de l’école de perche du Racing club de France avec Thierry Vigneron, Pierre Quinon sous la houlette de Jean-Claude Perrin. J’ai poursuivi en tant que préparateur physique pendant 15 ans auprès des sportifs de haut niveau du Racing Club de France.
Enfin, je suis engagé depuis 6 ans auprès d’Action Contre la Faim dans des projets sportifs et solidaires : « La course contre la faim » dans mon collège, « la marche contre la faim » à Nice, et le projet « le pitchak pour les pitchouns » dans mon collège également.

Comment avez-vous eu l’idée d’introduire le pitchak en cours d’EPS ?

Le jeu du pitchak (1) est un jeu traditionnel du pourtour méditerranéen que je pratiquais étant enfant et qui était la star des cours de récréation. J’ai pensé qu’il pourrait avoir du succès auprès de mes élèves et contribuer ainsi à mettre en mouvement les jeunes pour lutter contre la sédentarité et les risques d’obésité. J’ai aussi le désir de redonner aux jeunes le plaisir du mouvement et de lâcher un peu les téléphones et les consoles de jeux virtuels. L’objectif est de faire bouger les enfants sans violence et avec le plaisir d’un jeu accessible à tous.

Avez-vous été aidé ou soutenu pour monter votre projet ?

Les soutiens sont venus de :
– La Métropole Nice Côte d’Azur (vélobleu) et le magasin Décathlon qui ont accepté de nous fournir les vieilles chambres à air usagées des vélos utilisés sur la ville de Nice pour les transports urbains.
-L’organisation humanitaire ACF (Action contre la Faim) qui a accepté de signer une convention de produit partage pour pouvoir diffuser les pitchaks au profit d’ACF.
– Mon chef d’établissement, président de l’association sportive du collège, qui a accepté de se lancer dans le projet ainsi que mes collègues (l’équipe d’EPS du collège).
-Aujourd’hui la Banque Populaire de la Côte d’Azur qui est devenue mécène du projet pour nous aider à diffuser et promouvoir ce projet auprès des jeunes, des enseignants et du public.
-La fondation GDF SUEZ qui nous a accordé le prix régional (PACA) du concours « fais-nous rêver ».

Comment cette activité sportive, ancrée dans une tradition régionale, est perçue par vos élèves en cours d’EPS, et plus généralement que leur apporte-t-elle ?

Serge jouant au pitchak sur la place Massena Nice

Serge jouant au pitchak sur la place Massena à Nice crédits : Nice Matin

Un certain nombre de nos élèves se sont approprié le jeu, ils l’utilisent durant les temps libres entre camarades, et doublent ainsi leur temps d’activité physique. Nous avons par ailleurs institué la récréation pitchak pour inciter au jeu, et je rejoins les élèves pour participer avec eux. Beaucoup apprécient la possibilité de jouer avec les mains (jonglage) et les pieds, ainsi les filles sont aussi très motivées par la pratique. Les élèves en surpoids peuvent facilement s’impliquer dans ces jeux de jonglages et se mettre en mouvement.  Et en cours d’EPS, ce jeu constitue un moment d’échauffement ou un support pour les activités du cirque.

Nos organisons aussi des rencontres tous les trimestres avec quelques lots pour les joueurs. Nous invitons en fin d’année les autres établissements à participer à une journée découverte et à un concours ouvert aux licenciés UNSS.

Nous avons créé un championnat du monde sur internet, chaque joueur peut poster la vidéo de son record de jongles et se classer parmi tous les joueurs de la planète. Actuellement un jeune joueur du collège (Sami Mtaoua) a réalisé 284 jongles avec les pieds ce qui constitue le record du monde de pitchak.

Mais le projet « le pitchak pour les pitchouns  » compte aussi une dimension écologique, humaine et solidaire. Le recyclage de centaines de chambres à air nous permet en effet de sensibiliser les jeunes à l’économie durable et donne à notre projet une dimension écologique. Nous proposons de collecter les chambres à air et de les transformer en pitchaks. Si une ville veut développer ce jeu, nous pouvons recycler les chambres à air et renvoyer des pitchaks pour les écoles.

Il est également un projet d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité au travers de notre partenariat avec Action Contre la Faim. Chaque pitchak fabriqué par nos élèves et les professeurs est vendu au profit de notre Association sportive et d’ACF. Depuis 3 ans, nous avons pu reverser 1500 euros au profit de la lutte contre la faim. Nous pensons dépasser les 2000 euros cette année. Et depuis 5 ans, la Course contre la faim et le projet pitchak ont permis de générer 25000 euros pour Action contre la faim.

Enfin, nous n’oublions pas le monde de l’entreprise ! En effet, la section pitchak de notre association sportive s’organise sous la forme d’une mini-entreprise éducative et solidaire dans laquelle les élèves et les professeurs peuvent développer des compétences liées au monde de l’entreprise. Des élèves participent à la fabrication des pitchaks, d’autres se chargent de diffuser et de faire connaître le jeu en devenant des ambassadeurs. Certains se chargent de la communication (création de publicités, réseaux sociaux, dessin de logos etc.). Un de nos élèves a même créé un blog dédié au pitchak leblogdupitchakdevincent. L’ouverture au monde de l’entreprise se fait aussi au travers des liens que nous avons avec des magasins à Nice qui se chargent de vendre les pitchaks du collège.

Est-ce que d’autres établissements niçois ont grâce à vous introduit le pitchak dans les cours d’EPS ?

Plusieurs écoles primaires de Nice nous ont commandé des pitchaks qu’ils utilisent à la récréation ou durant les séances d’EPS. Quelques collègues enseignants d’EPS en collège utilisent ponctuellement le pitchak. Le service jeunesse de la ville et les animateurs vont par ailleurs dès cette année introduire cette activité durant les temps périscolaires pour les enfants du primaire.

Quel serait votre rêve de professeur d’EPS aujourd’hui ?

Nous pouvons rêver de revoir les cours de récréation des établissements scolaires s’animer de jeux non violents. Le pitchak mais aussi d’autres jeux pourraient être autorisés et parfois organisés. Il suffirait peut-être de redessiner nos cours de récréation. Pour le jeu du pitchak au collège Fabre, nous avons tracé des cercles de 1,50m de diamètre et les enfants peuvent se retrouver sur ces espaces délimités favorables à de nombreuses variantes du pitchak.

Nous tentons d’organiser la permanence pitchak : nous proposons aux assistants de vie scolaire d’accompagner les élèves motivés pour aller sur les espaces libres (préau ou autres) pour jouer au pitchak. Nous pouvons rêver que la dimension corporelle de l’activité de l’enfant soit mieux prise en compte et qu’au lieu de se plaindre de l’agitation de certains élèves et parfois de leur violence, nous mettions tout en œuvre pour favoriser l’activité physique.
Dans le cadre de la lutte contre l’obésité des jeunes, nous pouvons rêver d’une prise en compte réelle de cette épidémie en organisant des temps de pratiques sportives supplémentaires et libres. Le soutien scolaire peut s’organiser aussi en matière d’activité physique. Au collège Fabre enfin, nous collaborons avec l’infirmière pour accompagner les élèves qui le souhaitent dans un suivi et des conseils diététiques.

« Le pitchak pour les pitchouns » est un appel à la mobilisation générale pour inciter les jeunes à se mettre en mouvement, à ne pas rester scotchés devant les écrans, c’est donc un véritable enjeu de santé publique. C’est aussi un appel à lutter contre le gaspillage et à développer le sens de la solidarité en direction des pauvres de notre monde. En vue d’un monde meilleur.

 

Si vous êtes intéressé par ce projet, vous pouvez contacter Serge Gabrielich : pitchak@laposte.net 

Note(s) :
  • (1) Le jeu du pitchak consiste à jongler avec un pitchak, objet créé à partir de morceaux de chambres à air de vélo découpés et assemblés.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous