Lycée Averroès contre enseignant démissionnaire: audience fin mai

logo AFP

Le tribunal de police de Lille a fixé vendredi au 29 mai l’audience sur le fond dans l’affaire de diffamation et injure non publiques, qui oppose le lycée privé musulman sous contrat Averroès à un enseignant démissionnaire.

Lors d’une courte audience vendredi, une consignation de 100 euros a été demandée au lycée Averroès, traditionnelle garantie au cas où la poursuite devait être considérée abusive à terme dans cette procédure par citation directe.

L’enseignant avait publié le 6 février une tribune dans Libération intitulée « Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès », dans laquelle il accusait les responsables du premier établissement privé musulman sous contrat avec l’Etat de jouer « double jeu », diffusant « de manière sournoise et pernicieuse une conception de l’islam qui n’est autre que l’islamisme ».

Moins d’une semaine après, la direction du lycée a lancé la procédure judiciaire par citation directe, rédigée sur la base des propos tenus par Soufiane Zitouni, professeur de philosophie, dans un courriel adressé à plusieurs collègues.

Ce dernier s’est présenté sans avocat devant le tribunal.

« Je trouve ça tellement ridicule d’être attaqué sur des mails, je ne vais pas payer un avocat pour ça », a-t-il déclaré à la sortie du tribunal, maintenant ses accusations contre le lycée.

« Que vise ce lycée? », s’est-il interrogé, visiblement impatient de débattre sur le fond.

De son côté l’avocat de l’association qui gère l’établissement, Me Hakim Chergui, a souhaité un dénouement rapide, « surtout pour les élèves ».

Selon l’avocat, le professeur a dans son mail traité le lycée « de nid de vipères hypocrites, affirmé qu’il y a de l’antisémitisme toléré et dit que les cours servent à diffuser l’idéologie salafiste ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous