Calendrier scolaire: les demandes des professionnels du tourisme prises en compte

logo AFP

Les revendications formulées par les professionnels du tourisme, tels que les hôteliers, agents de voyage, opérateurs de loisirs, « ont été prises en compte » dans le nouveau calendrier scolaire, s’est réjouie jeudi l’Umih, principal syndicat de l’hôtellerie-restauration.

Sur son site internet, l’Union des métiers de l’industrie hôtelière met en avant notamment « l’avancement des vacances de printemps d’une semaine, permettant le maintien d’une forte activité dans les stations de montagne », et donc de l’emploi.

« Telles qu’elles étaient initialement prévues, les vacances de printemps menaçaient 35.000 emplois », dit l’organisation patronale.

Dans un communiqué séparé, le président délégué du Groupement national des indépendants (GNI), qui fédère de nombreux hôteliers de sports d’hiver, affirme que « c’est la première fois que le ministère de l’Education nationale prend en considération les enjeux touristiques dans ses décisions ».

Les professionnels notent avec satisfaction que le calendrier prévoit « des semaines de vacances pleines » et non avec des départs en milieu de semaine comme cela a été envisagé, le « pont de l’Ascension pour tous » et « une amplitude de vacances (8 semaines, NDLR) maintenue ».

L’Umih était la seule organisation patronale à participer à la concertation nationale sur les rythmes scolaires mais elle défendait les revendications de tout le secteur, des Domaines skiables de France, SNRT (résidences de tourisme), SETO (tours opérateurs), CNPA (loueurs de voitures) et de SNAV (agents de voyages).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous