Programme économique du FN : Marine Le Pen va faire de la « pédagogie »

logo AFP

La présidente du Front national Marine Le Pen a annoncé mardi qu’elle ferait de la « pédagogie » pour expliquer le programme de son parti qui ne suscite qu’une adhésion modérée jusqu’au sein de ses sympathisants.

« Je vais faire de la pédagogie, je vais venir dénoncer tous les pseudo-experts, tous les fumistes qui viennent raconter n’importe quoi sur le programme du FN, ça prendra le temps qu’il faut », a affirmé Marine Le Pen lors de l’émission Preuves par 3 sur Public Sénat, avec l’AFP et Dailymotion.

« Ce qui déroute, c’est les mensonges que leur déversent des pseudo-experts qui sont en réalité des fumistes », a assuré Mme Le Pen, qui a dit son souhait de « dénoncer la manière dont nous sommes traités par ce genre d’experts. On raconte n’importe quoi aux Français. On caricature le programme du FN, on raconte n’importe quoi car en général on l’a même pas lu. »

« On nous explique que Marine Le Pen est comme Mélenchon, elle veut nationaliser tout (…). La nationalisation temporaire des banques ne doit s’effectuer que si les banques sont en très grave difficulté. Ce n’est pas ce qu’a fait la Grande-Bretagne? La Grande-Bretagne est considérée comme un pays d’extrême gauche? C’est un pays libéral! », a poursuivi Mme Le Pen.

« L’Etat stratège c’est du de Gaulle, je veux bien que ça effraie des gens de droite, mais moi je crois que ce qui les effraie, c’est la caricature qu’on donne de notre programme, c’est pas la réalité de notre programme », a dit l’eurodéputée.

Alors qu’on lui opposait que les épargnants grecs retiraient leur argent des banques du pays à cause de craintes d’un « Grexit », une sortie de la Grèce de la zone euro, Mme Le Pen a répliqué que « c’est pas la sortie de l’euro qui fait peur, c’est la situation de la Grèce depuis des années. »

D’après elle, « la sortie de la Grèce de l’euro n’entraînera pas la chute de l’euro », mais en revanche « la sortie de la France de l’euro entraînera la disparition de l’euro. »

Dans un sondage TNS Sofres diffusé en février, 25% des sondés se disaient favorables à l’idée de « supprimer l’euro et revenir au Franc ». Ils étaient 34% en 2011, selon ce même baromètre. Une courte majorité (52%) seulement des adhérents FN exprimaient leur accord avec cette idée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous