Négociations sur le collège: plusieurs syndicats claquent la porte

logo AFP

Plusieurs syndicats ont claqué mardi soir la porte lors de la dernière réunion de négociation sur la réforme du collège, prévue pour la rentrée 2016, a indiqué à l’AFP Frédérique Rolet, co-secrétaire générale du SNES-FSU, premier syndicat du secondaire.

Sont aussi sortis plus tôt que prévu le Snalc, FO et la CGT, a-t-elle précisé, tandis que les syndicats réformistes SE-Unsa et Sgen-CFDT ont poursuivi les discussions.

Mme Rolet a expliqué avoir demandé du temps pour consulter la profession. Elle a également demandé de « revenir sur la question de l’autonomie », le projet de réforme prévoyant que chaque collège définisse, suivant les besoins de ses élèves, 20% de son emploi du temps, pour du travail en petits groupes, de l’accompagnement personnalisé pour tous les élèves, et à partir de la cinquième de nouveaux Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

« Les collègues ne veulent pas que l’on mette les disciplines en concurrence et qu’on ait à choisir entre en dédoublement en langues vivantes ou en sciences ou la possibilité de travailler en groupes ailleurs », a indiqué Mme Rolet.

Le départ de plusieurs organisations « fait partie du show syndical pour faire pression sur les discussions », a estimé le ministère, faisant valoir que si les négociations ont officiellement démarré après la présentation des grandes lignes de la réforme par la ministre le 11 mars, des discussions informelles se déroulaient en réalité depuis janvier.

Les organisations reçues mardi, celles de l’enseignement public, constituent un des groupes avec lesquels se déroulent les discussions, a précisé la rue de Grenelle, citant les enseignants du privé (20% des élèves), les parents ainsi que le personnel d’encadrement (inspection, chefs d’établissement), chez qui le ministère perçoit un accueil « très positif des mesures ».

Le projet de réforme doit être présenté le 10 avril pour vote consultatif au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), qui réunit les représentants de la communauté éducative.

Retarder le calendrier mettrait la réforme en difficulté, selon le ministère. Les enseignants doivent bientôt être consultés sur les projets de nouveaux programmes scolaires, ce qui nécessite qu’ils connaissent les grilles horaires, a-t-on estimé.

Sur le fond, le clivage porte sur l’autonomie, a relevé la rue de Grenelle. « Le Snes voudrait en gros que tous les dédoublements soient fixés de Paris », alors la réforme prévoit de laisser les établissements les faire là où ça leur semble le plus pertinent.

La contestation de la réforme du collège fait partie des mots d’ordre de la grève du 9 avril, lancée par des fédérations de fonctionnaires et relayée par des syndicats du secondaire, a souligné Mme Rolet.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous