Viols sur des mineurs dans une école en Isère: début de la marche silencieuse

logo AFP

Environ un millier de personnes se sont rassemblées samedi en début d’après-midi à Villefontaine (Isère) pour une marche silencieuse de soutien aux victimes présumées de viols commis par le directeur de l’école, a constaté un journaliste de l’AFP.

Parmi les manifestants, figuraient notamment des élus, qui ne portaient pas d’écharpe tricolore, ainsi que le président du syndicat d’enseignants SNE-FGAF, Pierre Favre.

« C’est un recueillement et un soutien que l’on doit aux parents qui sont dans la souffrance. Cette marche a une vraie signification pour eux et pour leurs enfants, ils sont dans l’incompréhension », a déclaré à la presse le maire DVD Raymond Feyssaguet.

La députée PS Joëlle Huillier a dit être « chargée par Najat Vallaud-Belkacem de transmettre aux parents le message de sa venue quand les résultats de l’enquête seront connus ». La ministre de l’Education nationale a admis dans une interview au Parisien parue samedi « un dysfonctionnement » dans cette affaire.

Cette marche silencieuse, sans slogan ni banderole, est organisée par un collectif de parents d’élèves, cette affaire ayant créé un vif émoi au sein de cette ville de 18.000 habitants et de la communauté éducative.

Le cortège part de l’esplanade du Vellein, à Villefontaine, située près du théâtre de la ville et à un kilomètre de l’école primaire du Mas de la Raz, où le directeur, père de famille de 45 ans et enseignant, exerçait.

La marche s’achèvera au sein de l’école primaire, après un parcours d’un peu moins d’un kilomètre à travers la ville.

Le quadragénaire, déjà condamné pour recel d’images à caractère pédopornographique en juin 2008, a été mis en examen et écroué mercredi pour « viols aggravés, agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans, et acquisition et détention d’images pédopornographiques ».

Neuf plaintes de parents d’élèves, correspondant à deux garçons et sept filles âgés de 6 à 7 ans, tous scolarisés dans la classe de CP du directeur, ont été enregistrées par la justice. Jeudi, les parents de 14 élèves de l’école primaire ont signalé de nouveaux faits potentiels aux enquêteurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous