Après les attentats, mobilisation en hausse pour la semaine de la presse à l’école

logo AFP

Les ministres de l’Education et de la Culture ont lancé lundi la semaine de la presse à l’école, une 26e édition qui prend cette année une importance particulière après les attentats de janvier, comme le prouve une mobilisation en très nette hausse.

« Cette semaine prend évidemment cette année une résonance particulière », a souligné Najat Vallaud-Belkacem, accompagnée de la ministre de la Culture Fleur Pellerin pour lancer cette édition, au collège Guy Flavien dans le 12e arrondissement de Paris.

« La liberté d’expression, ça s’apprend »: tel est le thème de cette semaine de la presse et des médias à l’école édition 2015, un thème choisi par le Clemi (organisme chargé de l’éducation aux médias et à l’information dans le système éducatif, qui dépend du ministère de l’Education), après les attentats de début janvier à Paris, qui ont visé l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo et un supermarché casher.

Quelque 15.500 établissements se sont inscrits cette année et 210.000 enseignants, soit 1.200 écoles et 22.500 enseignants de plus qu’en 2014.

Le Clemi met en ligne des ressources spécifiques pour les enseignants, dont une rubrique « Je suis Charlie », sur www.clemi.fr

Parmi les initiatives de la presse, l’AFP propose un accès pour découvrir ses services texte, photo, infographie, vidéo et vidéographie en six langues, Le Monde un accès gratuit pendant un mois à son édition abonnés numérique et France Info des ateliers radios pour aborder la question des sources et de la construction de l’information.

Les partenariats avec les médias sont recensés sur www.clemi.org/fr/spme/medias/

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous