Accompagner vos enfants quand ils font leurs devoirs ne les aide pas, bien au contraire

Selon une étude américaine, aider son enfant à faire ses devoirs à la maison ne lui rendrait pas service. Pire : cela aurait des conséquences négatives sur sa réussite.

Helping with homework © JackF - Fotolia

Helping with homework © JackF – Fotolia

Aider ses enfants à faire leurs devoirs serait inutile, selon une étude américaine, citée par The Atlantic en avril 2014 – et déterrée par Rue89. Comme l’explique Hubert Guillaud, rédacteur en chef du site InternetActu, qui avait repéré l’information l’année dernière, « la plupart des formes mesurables de la participation des parents (aider les enfants à faire leur devoir, parler avec eux, faire du bénévolat à l’école…) ne semblent pas apporter les résultats escomptés ».

Selon les sociologues à l’origine de cette étude, Keith Robinson et Angel Harris, qui ont observé trois décennies d’élèves, la plupart des interventions parentales donnent peu de résultats, et engendrent même parfois des situations d’échec scolaire.

L’ingérence dans la vie scolaire de l’enfant est contre-productive

« Les parents font du mieux qu’ils le peuvent, mais souvent, ils ne se souviennent plus du sujet appris par leur enfant, ou alors ils ne l’ont jamais vu, ce qui signifie des devoirs de mauvaise qualité », explique Keith Robinson au magazine canadien Maclean’s. Selon l’étude des sociologues, regroupée dans un livre intitulé « The Broken Compass » (la boussole cassée), une fois seuls face à leurs devoirs sur table, les enfants, qui n’ont pas appris à raisonner par eux-mêmes, se retrouvent dans une situation difficile.

Les chercheurs conseillent aux parents de ne pas trop s’impliquer, mais de marquer leur intérêt et de privilégier d’autres formes de soutien, comme « faire la lecture à voix haute » (durant la période pré-scolaire), ou « discuter » avec leur enfant (lorsqu’il entre au collège) de la planification de son travail.

Mais pas question de trop s’impliquer lorsqu’il choisira ses options une fois arrivé en secondaire, ou de le punir s’il a de mauvaises notes : selon les sociologues, cette forme d’ingérence ne fera que créer chez lui de l’anxiété, voire de la défiance vis-à-vis des études. « Lâchez du lest, tout en restant présent en cas de besoin », tel est le message.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous