« Réserve citoyenne » à l’école: 4.000 inscrits en un mois

logo AFP

Quatre mille personnes se sont inscrites en un mois à la « réserve citoyenne » que Najat Vallaud-Belkacem va créer dans les écoles afin d’inviter des intervenants à transmettre les valeurs de la République, a annoncé jeudi la ministre de l’Education.

« Aujourd’hui, nous avons déjà 4.000 inscrits », a déclaré Mme Vallaud-Belkacem en visite dans une école d’Eaunes (Haute-Garonne), au sud de Toulouse.

Après les incidents qui ont émaillé la minute de silence dans plusieurs établissements, à la suite des attentats de janvier, le président de la République, François Hollande avait annoncé la création de « réserves citoyennes » à l’école, avec la contribution de volontaires intervenant dans les classes.

« Il faut apprendre à nos enfants le respect des autres. C’est comme cela que nous voyons l’enseignement moral et civique qui sera mis en place à partir de la rentrée prochaine. L’école, si elle veut bien transmettre les valeurs, doit s’appuyer sur des adultes », a indiqué la ministre, en déplacement avec son homologue de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le ministère de l’Education a ouvert mi-février un site de pré-inscriptions (www.lareservecitoyenne.fr) appelant à des intervenants des médias, des arts, de la citoyenneté, de l’Histoire…

Mme Vallaud-Belkacem s’exprimait après avoir écouté une intervention dans une classe de CM2 de Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad, militaire tué le 11 mars 2012 par le jihadiste Mohamed Merah.

Mme Vallaud-Belkacem et M. Cazeneuve participent dans la soirée à un hommage rendu à Toulouse aux sept personnes tuées par Merah en mars 2012, en présence également de Nicolas Sarkozy, leader de l’UMP et chef de l’Etat à l’époque des faits.

Mme Ibn Ziaten a voulu « faire passer le message du vivre ensemble » devant 25 écoliers de 10-11 ans. Lors d’une intervention chargée d’émotion, elle a témoigné sur la mort de son fils, tué « par quelqu’un de mal aimé, mal encadré, mal élevé ».

« Je viens d’une famille marocaine très pauvre mais très riche en valeurs », a martelé la mère, qui a fondé une association venant en aide aux jeunes en détresse.

« J’ai emmené 32 enfants au Maroc. On est allé dans une synagogue, une église, une mosquée. Ils ont appris qui est l’autre », a-t-elle souligné, foulard serré sur sa chevelure, avant de conclure son intervention par une question: « Vous avez peur de moi? ». « Non! », ont répondu en choeur les élèves.

A l’issue de l’intervention, Bernard Cazeneuve a souligné que son « papa était instituteur à l’époque des leçons de morale ». « Les choses ont changé (…) Mais l’école reste le lieu où on apprend à vivre ensemble, la laïcité et les valeurs de la République », a-t-il asséné.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous