Réforme du collège : les syndicats sur leurs gardes

Après la publication de la réforme du collège par Najat Vallaud-Belkacem, les syndicats restent sur leurs gardes, entre un Se-Unsa "vigilant", une FCPE pour qui "il reste encore beaucoup à faire", et un Snes critiquant un "grand bond vers le passé".

brevet collège 2014Après la publication de la réforme du collège par Najat Vallaud-Belkacem, les syndicats sont divisés.

Le Se-Unsa ne cache pas sa volonté de rester « ferme » et « exigeant » pour améliorer « à la fois l’enseignement au collège et les conditions de travail des enseignants et personnels d’éducation ». Pour lui, la réforme comporte des points positifs. Il soutient ainsi « les grands principes d’une réforme essentiellement pédagogique qui ouvre des espaces pour travailler ‘autrement’ tout en garantissant le maintien des  moyens existants. »

Le Se-Unsa réclame un « plan d’accompagnement »

Pour le syndicat, la création de 4000 postes « permet même d’entrevoir une modeste amélioration des conditions de travail. » L’autonomie d’utilisation de 20% des dotations est, pour l’organisation, « une marque de confiance faite aux équipes et une reconnaissance de leurs compétences et de leur engagement professionnels, qui  doit permettre de proposer aux élèves les enseignements, les projets et l’accompagnement dont ils ont besoin pour maîtriser les compétences du socle commun. »

Mais le Se-Unsa prévient : « les moyens complémentaires devront effectivement permettre une mise en œuvre satisfaisante des nouvelles modalités d’enseignement et en particulier le travail en petits groupes et les enseignements pratiques interdisciplinaires. » Concernant la formation et l’accompagnement des équipes pédagogiques, il « exigera qu’un véritable plan d’accompagnement » soit présenté « en même temps que la réforme ».

« Il reste beaucoup à faire », pour la FCPE

Pour la FCPE, « il reste encore beaucoup à faire » pour le collège. Si pour les parents, « certaines annonces vont dans le bon sens, comme l’accompagnement méthodologique, l’interdisciplinarité, l’apprentissage dès la 5e de la deuxième langue vivante, la volonté de créer dans les collèges des lieux d’échanges et de construction de la citoyenneté et aussi une pause méridienne de 90 minutes pour tous les élèves », la réforme annoncée ressemble plus à leur yeux à des « aménagements qu’à une véritable réforme ».

L’association indique « attendre beaucoup plus » de la part du gouvernement, pour « donner les moyens et les outils aux équipes pédagogiques de s’adapter à la diversité des élèves ». Pour la FCPE, « il faut en finir avec une heure, un prof, une classe et oser initier d’autres pratiques pédagogiques pour favoriser, chez les jeunes, l’envie d’entreprendre et d’apprendre. »

Snes / FSU : « un grand bond vers le passé »

Le Snes / FSU est de son côté beaucoup plus critique envers la réforme annoncée, qualifiée de « grand bond vers le passé », présentant « un collège caricatural ». Le syndicat s’interroge : « la réforme proposée sera-t-elle de nature à résoudre ces difficultés, à vaincre la difficulté scolaire touchant 15 à 20% des collégiens ? Il est permis d’en douter ».

Pour le Snes / FSU, « les 4000 postes créés ne sont pas en nombre suffisant pour permettre une diminution significative des effectifs des classes, et les moyens alloués ne permettent pas de généraliser le travail en groupe ». Si l’interdisciplinarité « peut être un outil, elle n’est pas une fin en soi, et nécessite des moyens de concertation et de formation qui ne sont pas programmés », indique-t-il. Quant à l’introduction de la LV2 en 5ème, « celle-ci ne peut avoir de sens qu’avec le maintien des horaires de langues vivantes sur tous les niveaux, ce qui ne semble pas être le cas », remarque le syndicat, qui demande plus de moyens.

1 commentaire sur "Réforme du collège : les syndicats sur leurs gardes"

  1. Pieber  12 mars 2015 à 17 h 50 min

    Le gouvernement et les reformes … Toujours la même histoire pour les mêmes résultats !

    Cependant l’idée sur le papier a l’air intéressante mais je ne crois pas que ça change les problèmes majeurs qui règnent au collège surtout.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous