Neutralité religieuse en crèche privée: « vision extrémiste de la laïcité » (observatoire du CFCM)

logo AFP

L’Observatoire contre l’islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM) a dénoncé mardi une « vision totalitaire et extrémiste de la laïcité » dans la proposition de loi visant à permettre aux crèches privées d’inscrire le respect de la neutralité religieuse dans leur règlement intérieur.

« Nous disons oui à la laïcité mais nous dénonçons fermement cette tendance à mettre en place une politique d’intolérance religieuse systématique et spécifiquement dirigée contre les musulmans, quoiqu’on en dise », écrit le président de l’observatoire, Abdallah Zekri, dans un communiqué.

Selon cette instance, « cette vision totalitaire et extrémiste de la laïcité au mépris de la tolérance et de l’intelligence met en danger l’esprit du vivre-ensemble porté par les citoyens de France le 11 janvier dernier ».

Le texte présenté par les radicaux de gauche, qui doit être débattu jeudi à l’Assemblée nationale en première lecture en séance, s’est attiré des critiques depuis son adoption en commission la semaine dernière.

La Conférence des évêques de France a vu un « danger » dans cette proposition qui, selon elle, « n’est pas du tout dans l’esprit de la loi de 1905 » portant séparation des Eglises et de l’Etat.

L’Observatoire de la laïcité lui-même, qui dépend de Matignon et est présidé par l’ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco, estime dans un communiqué qu' »imposer une neutralité générale et absolue pourrait être contre-productif et contrevenir aux principes constitutionnels et de la Convention européenne des droits de l’Homme d’égalité et de liberté de conscience ».

La proposition de loi distingue plusieurs situations. Lorsque des établissements privés accueillant des mineurs (crèches, garderies, centres de loisirs et de vacances…) bénéficient de financements publics destinés à soutenir leur activité, ils seront « soumis à une obligation de neutralité en matière religieuse ».

Lorsqu’ils n’ont pas de financement public, ils pourront prévoir dans leur règlement intérieur « certaines restrictions à la liberté d’expression religieuse de leurs salariés au contact d’enfants » ou de mineurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous