« Suite française » : avant-premières gratuites le 15 mars pour les enseignants

Le film "Suite française" sort sur les écrans le 1er avril, mais les enseignants peuvent découvrir le film et un dossier pédagogique en avant-première.

« Suite française » est l’adaptation au cinéma par le réalisateur britannique Saul Dibb du roman éponyme d’Irène Némirovsky. Ce livre raconte l’histoire des Français sous l’Occupation, dans un village proche de Paris, le village fictif de Bussy. Irène Némirovsky, juive d’origine ukrainienne, écrira son roman à partir de ce qu’elle observera entre 1940 et 1942, dans le village de Bourgogne où elle s’est réfugiée avec son mari et ses deux filles. Elle mourra en déportation à Auschwitz en 1942, laissant sa « Suite française » inachevée.

« Suite française » n’a été publiée qu’en 2004, grâce à la fille d’Irène Némirovsky, Denise Epstein. A l’origine, Irène Némirovsky songeait à écrire cinq romans pour cette suite, mais elle n’aura eu le temps de n’en achever que deux, qui sont donc la matière du livre publié et du film de Saul Dibb.

Les Français sous l’Occupation

« Suite française » raconte la vie quotidienne en France sous l’Occupation, au travers de plusieurs personnages vivant dans le village de Bussy. On y croise ainsi Lucile Angellier, incarnée dans le film par Michelle Williams, dont le mari a été fait prisonnier, et qui a fui Paris et trouvé refuge chez sa belle-mère, incarnée par Kristin Scott Thomas. Les deux femmes vont être obligées de loger un jeune officier allemand, Bruno von Falk (Matthias Schoenaerts), dont Lucile va tomber amoureuse.

Parallèlement à cette histoire, on est aussi plongé dans l’aristocratie, avec le vicomte de Montmort (incarné par Lambert Wilson) et son épouse (Harriet Walker) qui collaborent avec les Allemands, tandis que leur métayer, Benoît (Sam Riley), s’engage dans la Résistance.

Le travail du réalisateur

Le réalisateur explique que pour lui, « l’écriture et la construction du roman sont sublimes ; ce n’est pas un documentaire, même s’il est animé du même caractère d’immédiateté. Travailler sur un matériau d’une telle authenticité – une capsule témoin, invisible depuis 60 ans – était passionnant. » Il indique également que la fin de son film est plus dure que la fin du roman, car il s’est servi des éléments du troisième roman inachevé de la « Suite Française » pour construire la fin de son film. « Vous pouvez vous contenter d’un roman inachevé, pas d’une fin ouverte pour un film abordant un tel sujet » tient-il à souligner.

Pour les enseignants

Le film sort sur les écrans le 1er avril, mais les enseignants peuvent le découvrir en avant-première le dimanche 15 mars, dans le cadre de projections gratuites qui leur sont destinées. Pour y assister, il suffit de s’inscrire sur ce site.

Un dossier pédagogique, initié par Parenthèse Cinéma et rédigé par Kim-Lan et Rémi Delahaye, professeurs de lettres modernes et d’histoire-géographie, est également en ligne.

Le film en effet peut être le support d’un travail en français ou en histoire, conformément aux programmes officiels de 3ème et de lycée.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous