Journée du 9 avril: appel à la grève dans la fonction publique

logo AFP

Les syndicats de fonctionnaires CGT, FO, FSU, Solidaires et FA-FP (Autonomes) ont fait savoir lundi que la journée du 9 avril contre l’austérité se traduirait par une journée de grève dans le public.

Dans un communiqué commun, les cinq organisations se disent « convaincues de la nécessité de lutte commune privé-public » et indiquent qu’elles « appellent l’ensemble des agents publics à participer massivement à la journée de grève interprofessionnelle du 9 avril 2015 ».

Les syndicats estiment que « l’amélioration du service public passe par la fin de l’austérité » qui a des « conséquences désastreuses pour la fonction publique, les agents et les usagers ».

Ils exigent « une hausse du pouvoir d’achat qui passe par le dégel du point d’indice », qui sert de base au calcul des salaires des agents et n’a pas bougé depuis 2010. Ils réclament aussi notamment « la fin des suppressions d’emplois » et « le maintien et l’amélioration du statut général » des fonctionnaires.

Les cinq organisations syndicales appelant à la grève totalisent près de 60% des voix aux dernières élections professionnelles dans la fonction publique.

Le dernier mouvement d’ampleur dans le public remonte à mai 2014. Sept syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FA-FP, FSU, Solidaires et Unsa) et FO de son côté avaient appelé à une journée d’action pour l’emploi et les salaires, y compris par la grève, une situation inédite sous l’ère Hollande.

La mobilisation s’était traduite par un taux de grévistes d’environ 6,4% dans la Territoriale, 8% dans la fonction publique d’Etat, et près de 13% dans l’Hospitalière.

L’appel à une journée de grève interprofessionnelle public-privé émane initialement de FO. Les centrales réformistes CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa, ne se sont pas associées à cet appel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous