Egalité entre filles et garçons : la feuille de route de Najat Vallaud-Belkacem

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem a dressé un état des lieux de l’égalité des sexes à l’école et à l’université. Elle a aussi publié sa feuille de route 2015-2016.

© Chlorophylle - Fotolia.com

© Chlorophylle – Fotolia.com

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, dimanche 8 mars, la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem, a dressé un état des lieux de l’égalité des sexes à l’école et à l’université. Pour la renforcer, elle a annoncé de nouvelles mesures.

Des inégalités qui persistent

“Les garçons réussissent toujours moins bien que les filles à l’école, même si les écarts se resserrent parfois”, indique Najat Vallaud-Belkacem sur le site du ministère. Ainsi, ceux-ci ont “plus souvent des difficultés en lecture”, accèdent “moins souvent au baccalauréat” et sortent “plus souvent de formation initiale sans diplôme”, comparés aux filles.

En revanche, ajoute la ministre, “les filles n’ont pas les mêmes parcours scolaires que les garçons” : elles s’orientent davantage vers l’enseignement général et technologique, optent “toujours moins souvent pour les filières scientifiques”, et dans l’enseignement professionnel, elles “sont quasiment absentes des spécialités de la production”.

Selon le ministère, ces différences persistent dans l’enseignement supérieur. “Les femmes sont nettement plus souvent diplômées, mais elles demeurent très minoritaires parmi les ingénieurs”.

Le ministère dévoile sa feuille de route 2015-2016

lycéens cour lycée

lycéens © Christian Schwier – Fotolia.com

Pour réduire ces inégalités, la ministre a publié, le 8 mars, sa feuille de route 2015-2016 pour l’égalité entre les femmes et les hommes. A l’école, au collège et au lycée, “l’enseignement de la question de l’égalité” devrait être “mieux pris en compte” avec la mise en place cette année de l’enseignement moral et civique, du parcours d’éducation artistique et culturelle, et du parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel (PIIODMEP).

Expérimenté depuis janvier dans des établissements pilotes en vue d’une généralisation à la rentrée 2015, le PIIODMEP doit permettre aux élèves de la 6e à la terminale de construire progressivement, tout au long de leurs études secondaires, une “compétence à s’orienter”. L’information délivrée en matière d’orientation “s’attache tout particulièrement à lutter contre les représentations préconçues et sexuées des métiers”, indique le ministère.

A l’université, la “politique de prise en compte systématique de l’égalité entre les femmes et les hommes”, initiée par la loi du 22 juillet 2013 (qui obligeait les universités à créer une “mission d’égalité femmes-hommes”), devrait être poursuivie. “Elle s’appuiera notamment sur le réseau des chargés de mission à l’égalité, dont l’action sera pleinement intégrée avec celle du ministère pour assurer une articulation efficace entre politiques d’établissements et orientations nationales”, explique Najat Vallaud-Belkacem. L’action de prévention et de lutte contre les stéréotypes et les violences sexuelles sera “amplifiée”, à travers des plans de formation et de communication.

La feuille de route concerne aussi les agents du ministère. Ainsi, une “politique volontariste” sera menée en ce qui concerne l’égalité professionnelle dans les emplois d’encadrement supérieur (recteurs, directeurs d’administration centrale), et dans les jurys de concours de recrutement.

Des actions sur l’égalité femmes-hommes à l’école et à l’université

Ecole

Ecole © Valua Vitaly – Fotolia.com

Sur son site, le ministère rappelle en outre que la lutte pour l’égalité garçons-filles n’est pas que “l’affaire d’une seule journée”. Des actions, allant de la formation des personnels à la production de ressources pédagogiques, seront menées tout au long de l’année dans les établissements scolaires – des actions coordonnées par les chargés de mission académiques pour l’égalité.

Par exemple, à l’école élémentaire du Peyrouat, à Mont-de-Marsan, l’équipe enseignante mène depuis 4 ans une action baptisée “L’égalité filles-garçons, ça commence à l’école”, qui a pour but de pousser les filles et les garçons à “se mélanger” et à “coopérer” dans certaines situations. Des activités culturelles (lecture, théâtre, chants, danse, photographie, arts visuels) et des jeux permettent d’“interpeller les élèves sur leurs représentations de l’autre sexe” et de “déconstruire certains schémas”.

Dans les universités, les exemples “foisonnent” également. Ainsi, en mars et en avril, des conférences débat sur l’égalité entre femmes et hommes dans l’enseignement supérieur et ailleurs, sont organisées, de Bordeaux à Tours, en passant par Mulhouse, Paris, Lille ou Besançon.

A lire aussi, notre article sur les stéréotypes de sexe à l’école.
Ainsi que notre infographie sur la division sexuée de l’orientation, de l’école primaire à l’université.
Et enfin, lire notre article sur les solutions à la division sexuée de l’orientation.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous